En 2011, Lotus revenait aux 24 Heures du Mans après 15 ans d’absence. La dernière fois que Lotus a utilisait une voiture d’usine, c’était en 1997 avec la Lotus Elise GT1.

Le constructeur britannique alignait une paire de Lotus Evora à moteur Cosworth basé sur des blocs Toyota et confiée à l’écurie JetAlliance, dans la catégorie GTE Pro face aux Corvette, BMW, Porsche, Ferrari et Aston Martin. 

Les deux Lotus n’avaient pas prit part au lancement de l’Intercontinental Le Mans Cup 2011 à l’occasion des 12 Heures de Sebring aux États-Unis, et la Journée Test des 24 Heures du Mans qui se déroulait à l’époque fin avril marquait les débuts des deux autos face à la concurrence. Après les huit heures de roulage sur le grand circuit des 24 Heures, les chronos ont été loin des meilleurs de la catégorie, mais les Lotus ont quand même pu boucler pas mal de tours et qualifier leur pilotes pour la course. 

L’Evora #65 avait bouclé au cours de la journée 53 tours du circuit contre 32 à la voiture soeur. La plus grande vitesse maxi de l’Evora a été de 281 km/h, vitesse raisonnable si on la compare aux 290 kmh des meilleures Ferrari ou des BMW M3 GT. Le meilleur chrono de la #65 a été réalisé l’après-midi, en 4’09″692, celui-ci de l’Evora #64, réalisé par Lukas Lichtner-Hoyer le matin étant de 4’20″925.

« La Journée Test du Mans était pour nous la première opportunité de voir notre voiture en situation par rapport à la concurrence, déclarait Jan Kalmar, responsable du programme. L’Evora #65 a bien tourné et nous savons maintenant où nous en sommes par rapport aux autres concurrents. Les performances ont été celles que nous attendions et nous devons maintenant progresser. Pour la voiture soeur, c’étaient ses premiers tours de roue et, si on garde ça à l’esprit, je pense que c’était très réussi. D’entrée, la voiture a du potentiel, et avec un programme d’essais intensif, nous serons bientôt là. »

Deux semaines plus tard, lors des 6 Heures de Spa, deuxième manche de la saison Intercontinental Le Mans Cup, les deux Lotus Evora n’ont pas su tenir la barre face à la concurrence avec un abandon pour la #65 pour le trio Jonathan Hirschi, Johnny Mowlem et James Rossiter et une décevante avant dernière place pour la #64 de Martin Rich, Oskar Slingerland et John Hartshorne.

Après des qualifications compliquées dans la Sarthe, en se classant 54e et 56e, la Lotus #64 a du abandonner après 17 heures de course suite à un accident tandis que la voiture soeur se classe 22e et septième de la catégorie GTE Pro à l’issue de la course après quelques soucis mécaniques.Une prouesse si l’on considère la jeunesse de la voiture par rapport à ses concurrentes de la catégorie GTE

L’objectif était de rallier l’arrivée, et c’est chose faite pour au moins une des deux Lotus Evora comme le confiait Jan Kalmar, à l’issue de la course « C’est un moment incroyable pour nous. Beaucoup d’entre nous n’ont pas dormi durant trois jours, mais cela en valait la peine. Ce résultat est une réussite que l’on ne peut pas décrire. Nous avons montré que nous faisons un travail absolument professionnel. »

Quelques semaines plus tard, les deux Lotus Evora de l’écurie autrichienne étaient présentes en Italie pour les 1000 km d’Imola, de quoi donner des aspiration à Jan Kalmar : « A Imola, je veux voir les deux voitures franchir la ligne d’arrivée. Nous avons beaucoup appris en France, notamment au niveau de la fiabilité… Et je pari qu’il en sera de même à Imola. Cette fois, les pilotes pourront pousser la voitures dans ses limites, ce qu’ils ne pouvaient pas faire au Mans en raison de la longueur de la course. Nous avons encore une bonne marge de progression. »

Mais les deux voitures avaient abandonnées à l’issue des 6 heures de course, tout comme à Petit Le Mans. La saison 2011 et la carrière de la Lotus Evora GTE s’est terminée à Zhuhai en Chine avec une belle quatrième place de la catégorie GTE Pro pour la #64 pilotée par Oskar Slingerland, Martin Rich et Rene Rasmussen.