| 9 juin 2024 | par

Tristan Vautier sur la Cadillac à la Journée Test : « Les voitures sont hyper intéressantes, mais assez complexes »

Tristan Vautier est présent depuis vendredi au Mans et il aura le rôle de pilote de réserve chez Cadillac Racing tout au long de la Journée Test et des 24 Heures. Le Français est revenu sur ce nouveau rôle pour lui et ce qu’il a à faire.

Comment ça s’est fait ce rôle de pilote de réserve chez Cadillac Racing ?

« J’ai toujours eu de bons contacts avec l’équipe Ganassi depuis l’IndyCar et quand je roulais contre eux en DPI. Je leur avais soumis déjà l’idée l’an dernier avant que j’aille chez Vanwall au Mans. Cette année, Scott Dixon et Alex Palou sont retenus à Road America pendant la Journée Test et, qu’en plus, il devait y avoir un test mardi à Milwaukee obligatoire pour tous les pilotes IndyCar, cela faisait qu’ils étaient censés arriver mercredi. Par rapport à ça, ils ont voulu avoir un pilote supplémentaire. J’étais en contact avec eux par rapport à ça. Il y a aussi Sébastien (Bourdais), avec qui je suis ami, et de très bons contacts dans l’équipe qui ont aussi poussé pour l’idée. »

Tristan Vautier sur la Cadillac à la Journée Test :

© Charly Lopez / DPPI

Est-ce que vous allez faire quelques tours lors de la Journée Test ?

« Je vais faire quelques tours, mais je ne sais pas du tout combien. Je ne pense pas que je vais rouler énormément, en sachant que pour le moment, je ne suis pas prévu en course. »

Est-ce que tu as déjà un petit peu roulé avec la voiture ou pas du tout ?

« J’ai fait le déverminage à Putnam Park, à côté d’Indianapolis, de la voiture qu’ils ont envoyée au Mans, juste quelques tours vraiment pour vérifier que tout allait bien. Donc, je n’ai pas encore pu vraiment sentir la voiture, mais c’était déjà une première acclimatation. J’ai aussi fait une journée de simulateur parce qu’il y a quand même pas mal de procédures à apprendre avec le système hybride. »

Qu’est-ce que cela va vous apporter ? Sur quoi cela pourrait déboucher ? 

« Déjà, c’est hyper gratifiant d’être associé avec une écurie comme Chip Ganassi Racing et d’être de retour avec Cadillac avec qui j’ai passé autant de temps en DPi en IMSA. Pour le futur, c’est dur à dire, on sait que le programme change d’équipe IMSA l’année prochaine. Je ne pense pas qu’il y a de baquets qui vont vraiment se créer au sein du programme Cadillac Racing, mais je ne me projette pas trop. Pour être honnête, j’essaie de faire le meilleur boulot possible, bien travailler lors des tours qu’ils vont me donner et laisser l’équipe sur une bonne impression. On verra la suite, mais pour le moment, je ne dirais pas qu’il y a de débouché clair ou de programme. »

MPS Agency

Quel va être votre rôle ? 

« Assister aux séances, prendre part aux briefings, débriefings, etc… Je n’ai pas encore tout ma liste de choses à réaliser. Ce sera ma première expérience en LMDh, les voitures sont hyper intéressantes, mais également assez complexes. Il y a beaucoup de choses que le pilote doit savoir, mais aussi peut utiliser pour adapter la voiture à son pilotage, aux conditions de piste. Cela va être très intéressant d’apprendre tout ça, ce sera une expérience positive quoi qu’il en ressorte. »

Malheureusement, pas de programme en Endurance cette année, mais vous êtes déjà en train de vous projeter sur 2025 ? 

« Tout à fait. Je suis déjà concentré sur 2025 pour essayer de trouver un programme à temps plein. J’ai fait mon retour en IndyCar le week-end dernier, ce qui était assez cool aussi. On verra, mais je me donne à fond pour essayer d’être de retour à temps plein en 2025. »

Et cette course IndyCar que vous avez disputée il y a quelques jours ?

« Cette course là, je l’ai apprise le mardi d’avant. Il a fallu vite s’organiser. C’était super d’être de retour dans cette catégorie. C’est la première fois que je roulais avec la version Indy avec aeroscreen. Je n’ai pas trop vu la différence, pour être honnête, aeroscreen ou pas. Il y a quand même pas mal d’air qui rentre dans le cockpit, ça ne m’a pas du tout gêné. Je dirais que ça fait huit ans que je n’avais pas roulé sur un circuit routier ou en ville. J’ai même eu du mal à comparer, pour être honnête. Mais de ce dont je me rappelle, la voiture m’a paru quand même similaire à l’époque. En tout cas, cela m’a fait très plaisir de rouler, de prendre part à cette course, c’était super. »

@coforcecrew @bucherphoto

Passionné de sport automobile et plus particulièrement d'Endurance, j'assiste aux 24 Heures du Mans depuis 1980 et suis accrédité depuis 2008. Je me rends régulièrement sur les plus beaux circuits européens et mondiaux. J'ai écrit pour de nombreux médias sport auto et collabore depuis quelques mois avec Endurance24
À propos de l'auteur, David Bristol

Les articles similaires

Les derniers articles

24H du Mans – Journée Test, session 1 : Kobayashi et Toyota en pointe

24H du Mans – Journée Test, session 1 : Kobayashi et Toyota en pointe

La séance matinale de la Journée Test de la 92e édition des 24 Heures du Mans vient de s’achever ce dimanche 9 juin. La Toyota GR010 Hybrid n°7, grâce à Kamui Kobayashi, a réalisé le meilleur temps de la matinée en 3:28.467. Il n’y a pas eu d’incident majeur à...

Annonces

Soyez au courant des dernières actualités du monde de l'Endurance par mail !

Loading