| 25 avril 2024 | par

Olivier Panis sans détour (partie 2) : « Tout s’est emboîté en une semaine, sinon c’était mort ! »

© MPS Agency

Suite de notre entretien sans détour avec Olivier Panis. Après avoir évoqué l’arrêt de Tech1, l’arrivée de Marc VDS et du choix de TDS Racing pour l’exploitation, place aux trois pilotes…

Commençons par ordre chronologique : Arthur Leclerc…

« Beaucoup de pilotes parlaient avec moi, mais tant que je ne pouvais pas leur proposer quelque chose de concret… Je ne vends pas du rêve aux gens, je ne suis pas un menteur ni un tricheur. L’opportunité a fait que je voulais garder Manuel Maldonado, c’était ma priorité. C’est un très bon Silver qui se méconnaît encore, je pense qu’il peut encore se développer, être plus fort.

Je pense qu’il a envie de prouver des choses

Avec Arthur, ce fut un peu un coup de cœur. On est arrivé à se rapprocher de Lorenzo, son frère, et Arthur. Dès le début, ils ont été super motivés, excités d’essayer de voir si on pouvait faire quelque chose ensemble. Ce gamin, je le suivais depuis ses débuts en monoplace et en F2, je trouvais qu’il avait eu un peu de malchance, mais qu’il avait fait des perfs assez étonnantes. Que ce soit le frère de Charles, un grand champion évidemment, tant mieux pour lui, mais c’est Arthur qui m’intéresse. Je pense qu’il a envie de prouver des choses, a une revanche à prendre sur quelque chose, j’aime ce genre de personnages. On est très rapidement arrivé à se mettre d’accord. »

Puis vous avez pensé à Charles Milesi…

« Je voulais un pilote super solide pour qu’il y ait une vraie base, une vraie expérience LMP2 pour aider Arthur et Manuel. Je voulais garder Job (van Uitert, ndlr) à tout prix, mais il a eu la proposition d’IDEC Sport. Lorsqu’il m’a appelé, je lui ai dit que je ne pouvais pas lui proposer la même chose. IDEC est une super équipe, il devait y aller pour passer professionnel. Je cherchais donc un vrai leader avec beaucoup d’expérience. J’en ai parlé à Xavier. On a eu plusieurs noms, plusieurs éventualités et on en est arrivé à parler de Charles.

© MPS Agency

Ca fait plusieurs années que je le suis. Il m’a toujours surpris par sa rapidité, son côté un peu détaché, calme, posé. J’aime bien ces profils. On a eu plusieurs paramètres, on en a discuté avec Florent Gouin, notre directeur technique, nos ingénieurs, on a regardé pas mal de choses et le choix s’est arrêté sur Charles qui était vraiment partant.

Ils ont des profils très différents, s’entendent déjà très bien et sont tous là pour la même chose

Je suis content, vraiment, je ne le connaissais que de vu dans le paddock. Depuis le Prologue, j’ai trouvé ce mec super. Il est monté dans la voiture, a été très constructif avec un bon feedback. Ils ont des profils très différents, s’entendent déjà très bien et sont tous là pour la même chose : gagner des courses ! Avec des partenaires comme Elf, Marc VDS qui arrive, cela me permet de garder l’ADN de Panis Racing, c’est à dire former des jeunes pour devenir professionnel. On est encore dans cette lignée avec Arthur, même avec Charles qui est très jeune même s’il est pro chez Alpine en WEC. Il a encore plein de choses à faire »

Votre association avec TDS Racing, un super équipage, tout cela vous donne une étiquette de favoris avec de grosses ambitions…

« Comme tous ceux qui sont là, on veut gagner l’ELMS. On a eu la chance déjà par le passé de faire deuxième, troisième, mais on n’a jamais gagné pour plein de raisons, parce qu’on n’a peut-être pas toujours eu les moyens de nos ambitions. On a fait tout ce qu’on a pu du mieux possible. On a eu des équipages incroyables, on a eu notre Julien Canal qui a fait du super boulot montant chaque année en puissance.

Aujourd’hui, peut-être qu’on réunit l’équipage complet pour aller au bout. Mais encore une fois, c’est la gagne. Si c’est pour finir 10e, je reste chez moi à faire autre chose. Ca a été un concours de circonstances à un moment donné qui a fait que tout s’est emboité en une semaine sinon c’était mort. Comme quoi, des fois, la vie a des surprises et le partenaire de rêve qu’on attendait, on l’a eu avec Marc VDS, quelqu’un qui aime les gens, un passionné de sport automobile avec Boutsen en GT3, nous en LMP2, en Moto 2 (avec Tony Arboliono et Felip Salac mais aussi en Superbike avec Sam Lowes). Le sport mécanique est dans son ADN, l’avoir à nos côtés est une chance inouïe. Maintenant, on va essayer de lui rendre tout ce qu’il nous a donné par des beaux résultats et continuer cette aventure. »

© MPS Agency

Passionné de sport automobile et plus particulièrement d'Endurance, j'assiste aux 24 Heures du Mans depuis 1980 et suis accrédité depuis 2008. Je me rends régulièrement sur les plus beaux circuits européens et mondiaux. J'ai écrit pour de nombreux médias sport auto et collabore depuis quelques mois avec Endurance24
À propos de l'auteur, David Bristol

Les articles similaires

Les derniers articles

Pipo Derani quittera Action Express Racing à la fin de l’année

Pipo Derani quittera Action Express Racing à la fin de l’année

Le pilote double champion de l’IMSA WeatherTech SportsCar, Luis Felipe “Pipo” Derani, a annoncé qu’il ne retournera pas chez Action Express Racing pour la saison 2025. Derani, 30 ans, a remporté 12 victoires et 12 pole positions, dont trois cette saison, en 74 départs...

Annonces

Soyez au courant des dernières actualités du monde de l'Endurance par mail !

Loading