| 27 juillet 2022 | par

Nicolas Prost (CMR) : « J’adore tout ce que je fais aujourd’hui »

© SRO / TWENTY-ONE CREATION - Jules Benichou

A bientôt 41 ans, Nicolas Prost est en lice pour le titre du Championnat de France FFSA GT cette saison. Le pilote franco-suisse, qui s’est tourné vers le GT4 en 2019, a disputé la quatrième manche de la saison 2022 du FFSA GT, le week-end dernier à Spa, au volant de l’Alpine A110 GT4 n°36 de l’écurie CMR, aux côtés de Rudy Servol.

Vous êtes en tête du championnat Pro-Am après quatre manches. L’objectif est d’aller chercher le titre ?

« Il y a une grosse compétition. L’objectif est de chercher à réaliser les meilleurs résultats lors de toutes les courses, » nous a confié Nicolas Prost, à Spa. « On a quand même perdu de gros points, une fois en perdant suite à une casse mécanique et une fois en se faisant percuter. L’état d’esprit est d’aborder les courses une par une, de ramener les points et faire les comptes un peu plus tard dans la saison. »

La progression semble significative par rapport aux années passées ?

« Je pense que lors des deux dernières années, cela peut se jouer à pas grand-chose. Rien que le calendrier fait que la fin de saison était plus favorable à l’Alpine et permettait de remonter. Cela fait deux ans que ça fonctionne bien. Il y a deux ans, nous avons perdu à cause des casses mécaniques. L’année dernière, on a fait quelques petites erreurs, mais nous étions dans le match jusqu’au bout. Cette année, il faut essayer de tout mettre ensemble. »

Avec un point attribué pour la pole position, les qualifications ne sont pas à négliger dans la lutte pour le titre ?

« C’est sûr et Rudy est d’ailleurs très bon en qualifications. On a quand même fait une pole assez miraculeuse à Magny-Cours, car on le sait, l’Alpine n’est pas forcément l’arme fatale pour claquer des poles. Il faut prendre tous les points possibles et ne pas s’exciter. »

Nicolas Prost (CMR) :

© SRO / Patrick Hecq Photography

Qu’est ce qui fait la différence en votre faveur cette année ?

« Honnêtement, peut-être le fait de rouler avec le même équipier depuis deux ans, mais aussi être dans la même équipe et avec la même voiture depuis 3 ans. D’un point de vue personnel, c’était quelque chose de nouveau pour moi le GT, alors j’ai appris pas mal de choses alors que je n’étais pas tout jeune, cela changeait beaucoup de choses. La concurrence est relevée et ce n’est pas parce qu’on a fait un très bon début de saison, que ça va être facile. On travaille bien et on travaille dur, mais il ne faut pas relâcher la pression. »

Vous êtes un homme heureux aujourd’hui ?

« J’adore tout ce que je fais aujourd’hui. C’est un nouveau challenge et il faut arriver à concrétiser. Si j’arrive à gagner un championnat en GT, j’aurais à peu près tout gagné dans ma carrière. »

Nicolas Prost (CMR) :

© Nico Deumille

Vous avez également un autre programme, en Ultimate Cup Series, au volant d’une F3R. C’est une autre paire de manches ?

« C’est encore plus extrême. C’est vraiment par passion, par plaisir, mais avec CMR, on l’aborde sérieusement et de façon très professionnelle. Cette année, nous avons un bon niveau de performance, mais nous avons subi deux problèmes mécaniques qui nous ont coûté pas mal de points. Nous sommes néanmoins bien placés. Au fond de ma tête, cela laisse aussi l’opportunité, peut-être, de refaire un jour quelque chose de différent. »

Qu’entendez-vous par quelque chose de différent ?

« Avec ce qui se passe autour du Mans, il ne faut jamais dire jamais. Je pense que je suis resté bien affûté et on ne sait jamais quelles portes vont s’ouvrir. J’ai quand même maintenu un niveau de préparation suffisant pour y retourner. »

Un retour dans la catégorie reine serait la meilleure opportunité ?

« J’ai toujours voulu me battre pour la gagne dans ma carrière, quelle que soit la catégorie. Si je peux être dans un bon programme compétitif et être moi-même compétitif, je reste très intéressé. Avoir de l’expérience c’est bien, mais les jeunes sont très affûtés, donc c’est important de le rester aussi. »

Rédacteur en chef d'Endurance24 depuis 2018, mon objectif est de développer ce site et d'en faire un média à part entière. J'arpente les circuits européens depuis plusieurs années afin de produire un contenu pertinent, au plus près des acteurs du monde du sport automobile.
À propos de l'auteur, Florian Defet

Les articles similaires

IMSA, Road America : La couse à suivre en direct

IMSA, Road America : La couse à suivre en direct

Suivez en direct de Road America la dixième manche de la saison 2022 d'IMSA WeatherTech SportsCar Championship. C'est l'Acura ARX-05 #10 de Wayne Taylor Racing, confiée à Ricky Taylor et Filipe Albuquerque, qui s'élancera de la pole position à 17h40 (heure...

Les derniers articles

IMSA, Road America : La couse à suivre en direct

IMSA, Road America : La couse à suivre en direct

Suivez en direct de Road America la dixième manche de la saison 2022 d'IMSA WeatherTech SportsCar Championship. C'est l'Acura ARX-05 #10 de Wayne Taylor Racing, confiée à Ricky Taylor et Filipe Albuquerque, qui s'élancera de la pole position à 17h40 (heure...

IMSA, Road America : Filipe Albuquerque place l’Acura #10/WTR en pole

IMSA, Road America : Filipe Albuquerque place l’Acura #10/WTR en pole

Filipe Albuquerque a signé la pole position du meeting d'IMSA WeatherTech SportsCar Championship, qui se déroule ce week-end sur le tracé de Road America. Le Portugais a signé le meilleur tour avec l'Acura ARX-05 #10 de Wayne Taylor Racing en 1:48.915. C'est 0.182...

Annonces

Soyez au courant des dernières actualités du monde de l'Endurance par mail !

Loading