| 9 juin 2024 | par

Le Mans : comment se sont passés les transferts de pilotes dans les clans Toyota / Lexus ?

Hier à la dernière minute, nous avons appris le forfait de Mike Conway sur la Toyota GR010 Hybrid en vue de de cette 92e édition des 24 Heures du Mans. Le Britannique a été officiellement remplacé par José Maria Lopez qui était encore son coéquipier l’an dernier dans l’Hypercar nippone. Ce matin, l’Argentin est passé aux vérifications techniques et administratives et est revenu sur cette nouvelle soudaine.

« Je suis vraiment heureux d’être ici mais c’est un sentiment mitigé. Mike est comme un frère pour moi. J’étais d’ailleurs avec lui quand cela est arrivé et je dois avouer que je suis tombé moi aussi. Après sa chute, je l’ai emmené à l’hôpital et nous avons eu une journée très difficile, mais maintenant il va mieux. Il a déjà été opéré, alors nous lui souhaitons un prompt rétablissement. Je sais que s’il y a quelqu’un qu’il aimerait voir dans la voiture, c’est moi. Ce sont des choses qui arrivent dans la vie. Nous ne nous y attendions pas. Le pire, c’est que nous ne faisions rien d’extraordinaire en plus. Je veux dire que cela fait partie de notre quotidien, je  m’entraîne tous les jours sur le vélo. »

Mais pas de quoi paniquer pour José Maria Lopez qui connait cette Hypercar sur le bout des doigts. « J’ai beaucoup d’expérience. Il est vrai que je n’ai jamais conduit la voiture cette année. Cela va prendre un peu de temps, mais je ne suis pas inquiet. Je vais être vite dans le rythme. J’ai juste besoin d’un peu de temps pour enlever un peu de rouille (rires), mais c’est bon. Nous allons avoir beaucoup de temps en piste et c’est une course de 24 heures. Il faudra s’habituer un peu aux nouvelles choses qu’il y a peut-être dans la voiture, aux nouveaux réglages, et un peu aux logiciels. En tout cas, c’est un plaisir, un sentiment agréable. Je ne m’y attendais pas vraiment alors je vais essayer de donner le meilleur de moi-même. »

© MPS Agency

Il sait qu’il est de nouveau en lice pour la victoire au général, mais rien n’est fait vu le nombre de prétendants. « Les débuts ont été difficiles pour Toyota en WEC, mais ils ont fait une course parfaite à Imola. J’ai l’impression que Porsche est peut-être très forte, tout comme Ferrari. Ce ne sera certainement pas facile. Les autres ont travaillé, ils sont plus forts que l’année dernière. Mais en même temps, c’est Le Mans, tout peut arriver. La météo n’est pas très favorable pour l’instant. Donc, nous verrons. »

L’autre conséquence a été, par ricochet, en LMGT3. José Maria Lopez, pilote de la Lexus n°87 d’Akkodis ASP Team, a dû laisser son baquet et en quelques heures il a fallu lui trouver un remplaçant.

« Mercredi soir, il y a eu un accident. José Maria et Mike Conway faisaient du vélo, mais on a su jeudi qu’il y avait un souci » avoue Jérome Policand, le patron du team Akkodis. « TGR a pris la décision de prendre José Maria Lopez. Ils hésitaient entre Ritomo Miyata, qui est le pilote de réserve, mais c’est José qui a été choisi, il est le dernier qui est monté dans la voiture en course à Bahreïn il a cinq, six mois. Il a peut-être le plus d’expérience et surtout il connaît très bien Le Mans (vainqueur au général en 2021). Pour eux, c’était un choix logique. Nous, on perd notre fer de lance quand même. Des pilotes éligibles, il n’y en a pas tant que cela pour faire le Mans, car réglementairement, il faut avoir fait le Mans depuis cinq éditions, je crois. Et surtout, pour les rookies, il faut avoir fait la séance de simulateur. En dehors de ça, c’est mieux d’être Platinium parce qu’on peut éventuellement rater la Journée Test.

Le choix naturel a été Jack Hawksworth, sauf qu’il était à Mid-Ohio pour une course de GT4 avec Toyota. La question des pilotes, on la gère avec Kazuki Nakajima. Depuis le début, tous les équipages ont été recrutés par nous deux. Après, il y avait un vrai problème de timing, étant à Mid-Ohio. Donc comment pouvait il être ici en temps et en heure au Pesage et surtout avoir l’autorisation de l’ACO et du WEC. Là, on est dans un cas de force majeure, c’est-à-dire que l’on perd un pilote contre notre gré. Au niveau du comité, ils ont vraiment joué le jeu, c’est-à-dire on eu l’accord très rapidement. Après, c’était plus qu’un problème de logistique. Jack, on l’attend d’une minute à l’autre, était à Paris ce matin, il a pris le premier avion qu’il a trouvé (il était bien au Pesage finalement, ndlr).

© MPS Agency

L’arrivée de Jack Hawsworth, pilote Lexus Vasser Sullivan en IMSA, champion IMSA GTD Pro en titre et vainqueur des dernières 12 Heures de Sebring, est une bonne chose pour Akkodis. « Pour nous, c’est un excellent choix parce qu’il roule dans la voiture depuis 2017. Ça va être intéressant parce qu’il va avoir un feedback sur l’auto qui roule aux États-Unis qui n’est pas dans la même configuration aérodynamique que celle de l’ACO et de la FIA. En dehors de ses qualités de pilote, ça va nous permettre aussi peut-être de voir si on est passé à côté de quelques détails qu’il va pouvoir nous révéler. Il est novice au Mans, mais maintenant, avec tous les outils qu’il y a, il n’y a plus vraiment de rookies. Mais ça reste quand même un circuit particulier. Je pense que demain matin, il sera quand même impressionné par le tracé. »

Akkodis ASP Team est régulièrement sujet à ces changements de pilotes au point d’en faire sourire Jérôme Policand. « On a eu l’habitude puisqu’en début d’année, officiellement, c’était Miyata qui devait faire la saison avec nous, mais de par son contrat en F2, au dernier moment, il a fallu recruter un pilote de pointe. On a eu de la chance de trouver Kelvin Van der Linde qui n’était pas vraiment sous contrat avec le manufacturier. Kelvin n’a pas pu faire Spa WEC parce qu’il faisait la Formule E. On a donc récupéré Ritomo. Timur Boguslavskiy est tombé malade juste avant Spa et on a pris Clemens Schmid au dernier moment On va dire qu’on a l’habitude (rires), mais on n’a jamais été en panique. Il faut dire qu’il y a beaucoup de pilotes dans le paddock qui se sont montrés intéressés. »`

Jack Hawksworth invité de dernière minute chez Lexus : "C'était mon but, c'est une belle surprise"

On espère que les soucis de Jérôme Policand sont terminés mais on sait que Timur Boguslavskiy a eu des soucis de passeport à l’aéroport à son arrivée en France…

Passionné de sport automobile et plus particulièrement d'Endurance, j'assiste aux 24 Heures du Mans depuis 1980 et suis accrédité depuis 2008. Je me rends régulièrement sur les plus beaux circuits européens et mondiaux. J'ai écrit pour de nombreux médias sport auto et collabore depuis quelques mois avec Endurance24
À propos de l'auteur, David Bristol

Les articles similaires

Les derniers articles

Ligier Automotive dévoile la nouvelle version de sa LMP3, la JS P325

Ligier Automotive dévoile la nouvelle version de sa LMP3, la JS P325

C’est dans l’écrin du circuit des 24 Heures du Mans que Ligier Automotive lève le voile sur sa troisième génération de LMP3. La Ligier JS P325 prendra la relève de la génération actuelle à compter de 2025. Avec un tout nouveau moteur V6 bi-turbo fournit par Oreca,...

24H du Mans : Ces pilotes qui devront rouler lors de la Journée Test

24H du Mans : Ces pilotes qui devront rouler lors de la Journée Test

Pour être en mesure de prendre le départ des 24 Heures du Mans, certains pilotes auront l'obligation de réaliser un nombre de tour précis demain lors de la Journée Test. Comme le précise le règlement particulier de classique mancelle, toute participation nécessite la...

Photos : Les Hypercars à l’honneur dans les rues du Mans

Photos : Les Hypercars à l’honneur dans les rues du Mans

Cette dernière journée du Pesage au Mans s'est conclue par le roulage en centre-ville de 17 voitures engagées dans la 92ème édition de la classique Mancelle. Instauré l'an dernier à l'occasion des festivités du Centenaire, ce roulage évoluait cette année avec la...

Annonces

Soyez au courant des dernières actualités du monde de l'Endurance par mail !

Loading