| 22 juillet 2022 | par

Ben Keating (TF Sport) : « Je ne touche toujours pas terre depuis la victoire au Mans »

Le pilote américain Ben Keating est un amoureux de l’endurance. Il roule en IMSA en LMP2 et en WEC en GTE Am au volant d’une des Aston Martin Vantage de TF Sport avec Henrique Chaves et Marco Sorensen.

Après avoir remporté Sebring et Watkins Glen cette année aux USA, il vient d’accrocher les 24 Heures du Mans à son palmarès. Quelques semaines après l’arrivée de la classique mancelle, il n’y croit toujours pas.

« Je ne touche toujours pas terre depuis la victoire au Mans, c’est un moment vraiment spécial, » nous a confié Ben Keating. « J’ai même encore du mal à m’exprimer sur le sujet et à mettre des mots sur ce moment. D’une certaine façon, j’ai l’impression d’avoir été béni. J’ai l’impression d’avoir « reçu » de la chance quand je regarde les différents faits de course. Si cela avait eu lieu légèrement différemment, jamais nous n’aurions été en mesure de gagner. Je pense que c’étaient les 24 Heures du Mans de Porsche, on l’a d’ailleurs vu en GTE Pro. Mais en GTE Am, une à une, elles ont fait des erreurs et ont finalement perdu la course. On est la seule GTE Am à ne pas avoir reçu de pénalités, pas fait de bac à gravier, on a juste mis de l’essence et des pneus. Le seul souci a été un pneu délaminé en début de course, mais Marco l’a senti immédiatement et est rentré au stand. Cela nous a mis hors stratégie, mais en même temps c’est comme cela que nous avons réussi à bénéficier de la sortie du Safety Car. C’est la façon dont nous avons gagné qui rend tout cela si spécial. D’habitude, quand vous remportez les 24 Heures du Mans, vous le faites avec la voiture la plus rapide. Nous ne l’étions pas cette année ! »

Quand on veut appuyer un peu où cela fait mal avec Ben Keating, il faut mentionner sa victoire perdue sur tapis vert aux 24 Heures du Mans 2019 avec la Ford GT aux couleurs Wynn’s. Cependant, quand on lui parle de revanche avec l’Aston Martin cette année, il nuance le choix du mot.

« Je ne dirais pas revanche, je dirais plutôt rédemption ! J’ai toujours le trophée de 2019, toujours cette voiture, j’ai une photo du podium au dessus de mon garage. A certain point, j’ai gagné cette course. Je n’ai pas à m’excuser de quoi que ce soit. Je n’ai tiré aucun avantage d’avoir eu 100 millilitres d’essence dans mon réservoir, je n’ai pas triché. Certes, je ne suis pas dans les livres d’histoire, mais nous l’avons quand même gagné, c’est tout ce qui compte ! Je suis monté à quatre reprises sur le podium lors des cinq dernières années, c’est exceptionnel surtout dans une catégorie qui compte plus de 20 voitures. »

Maintenant que 50 points sont tombés dans son escarcelle, l’Américain rêve désormais du titre WEC en fin d’année malgré l’abandon à Monza.

« C’est désormais mon prochain objectif, mais nous ne possédons que quatre points d’avance sur l’Aston Martin n°98 de Northwest AMR.C’est serré, mais j’adore cela. Il reste deux courses, il n’y a pas d’histoire de BoP, ce sont deux voitures identiques, le combat est donc loyal (rire). » 

En attendant peut-être une couronne mondiale, Ben Keating va se concentrer sur la fin de saison Michelin Endurance Cup en IMSA en LMP2 (PR1 Mathiasen).

« Pour le moment, c’est une très bonne saison. Nous venons de gagner Watkins Glen, nous avions remporté avant les 12 Heures de Sebring. Malheureusement, nous n’avons pas eu de bonnes 24 Heures de Daytona (4e). Nous menons le championnat avec quatre points d’avance (sur Racing Team Nederland). Mon plus grand objectif est ce titre Michelin Endurance Cup car je l’ai décroché cinq fois en six ans ! »

© Michael L. Levitt / LAT Images

Ensuite il sera temps de penser à 2023. Plusieurs options s’offrent au pilote texan.

« Il devrait y avoir une manche de plus en WEC l’an prochain, cela rendra la saison un peu plus chère. Avec l’inflation, les pneus, l’essence, tout augmente, je dois voir comment tout cela va se passer, comment les budgets des deux championnats vont progresser. »      

Rédacteur en chef d'Endurance24 depuis 2018, mon objectif est de développer ce site et d'en faire un média à part entière. J'arpente les circuits européens depuis plusieurs années afin de produire un contenu pertinent, au plus près des acteurs du monde du sport automobile.
À propos de l'auteur, Florian Defet

Les articles similaires

IMSA, Road America : La couse à suivre en direct

IMSA, Road America : La couse à suivre en direct

Suivez en direct de Road America la dixième manche de la saison 2022 d'IMSA WeatherTech SportsCar Championship. C'est l'Acura ARX-05 #10 de Wayne Taylor Racing, confiée à Ricky Taylor et Filipe Albuquerque, qui s'élancera de la pole position à 17h40 (heure...

Les derniers articles

IMSA, Road America : La couse à suivre en direct

IMSA, Road America : La couse à suivre en direct

Suivez en direct de Road America la dixième manche de la saison 2022 d'IMSA WeatherTech SportsCar Championship. C'est l'Acura ARX-05 #10 de Wayne Taylor Racing, confiée à Ricky Taylor et Filipe Albuquerque, qui s'élancera de la pole position à 17h40 (heure...

IMSA, Road America : Filipe Albuquerque place l’Acura #10/WTR en pole

IMSA, Road America : Filipe Albuquerque place l’Acura #10/WTR en pole

Filipe Albuquerque a signé la pole position du meeting d'IMSA WeatherTech SportsCar Championship, qui se déroule ce week-end sur le tracé de Road America. Le Portugais a signé le meilleur tour avec l'Acura ARX-05 #10 de Wayne Taylor Racing en 1:48.915. C'est 0.182...

Annonces

Soyez au courant des dernières actualités du monde de l'Endurance par mail !

Loading