C’est sur le circuit du Mugello, en Toscane, dans le cadre de l’Ultimate Cup Series que nous avons retrouvé Vincent Capillaire. Le manceau évolue dans le championnat depuis le début de la saison au sein du Wimmer Werk Motorsport, au volant d’une Ligier JS P3.

Avant de nous parler de ce programme, nous sommes revenus avec Vincent sur ses 24 Heures du Mans au volant de l’Oreca 07 #39/Graff-SO24, qu’il partageait avec Tristan Gommendy et Jonathan Hirschi.

« Nous avions un très bon package, une équipe encore mieux préparée que l’an dernier, une très bonne auto et enfin côté pilotes, performance et expérience. En plus, le fait de se connaître est un avantage. » nous a-t-il confié. « Nous avons réussi à mettre au point, avec notre ingénieur, une auto qui fut capable de signer la pole position. En course, samedi, à la nuit tombée, nous avons été victime d’un problème électrique nous faisant perdre quatre tours. Nous perdions aussi plusieurs secondes à chaque ravitaillement. Malgré cela, nous avons pu voir que notre rythme était excellent. Si nous avions passé le même temps aux stand qu’Alpine, je suis curieux de savoir quel aurait été le résultat…»

Vincent Capillaire : "notre rythme était excellent"

La pole position était en leur possession avant que les commissaires leurs retirent pour ne pas s’être présenté à la pesée. Avez-vous réussi à digérer ?

« Pour l’appel à la pesée, j’aimerai bien voir la vidéo… Le chrono a tout de même été fait, la performance était là d’autant que la voiture a été déclarée conforme à l’issue des vérifications. »

Vincent Capillaire et son coéquipier Matthias Kaiser ont signé trois pole positions et remporté trois des quatre courses en Ultimate Cup Series. Les deux pilotes de la Ligier JS P3 #26 arriveront à Valencia largement en tête du championnat.

« Nous avons une bonne équipe avec des mécaniciens très compétents et un esprit de rigueur que j’apprécie. Aujourd’hui (samedi. Ndlr) nous avons eu de la réussite grâce à notre dernier arrêt aux stands réalisé sous drapeau jaune sinon les quatre premiers auraient terminé roues dans roues. Il ne faut rien lâcher et ne pas commettre d’erreur. L’objectif est le titre mais mon rôle est aussi d’aider l’équipe à se développer afin d’évoluer dans des championnats supérieurs l’an prochain. »

Ultimate Cup - Mugello, course Proto : Wimmer Werk Motorsport continue sur sa lancée

© Hugues Laroche

Le système d’équilibrage des équipages semble bien fonctionner ?

« Sans ce drapeau jaune, la lutte aurait été indécise jusqu’au bout ce qui témoigne d’une bonne balance entre les équipages. Finalement, on retrouve à la fois un équipage 100% bronze sur le podium mais aussi un pilote Gold. »

Vincent n’a pas le temps de s’ennuyer depuis plusieurs semaines …

« J’ai la chance d’enchainer quatre course en quatre semaines sur quatre des plus beaux circuits européens. Il y a donc eu Le Mans mi-juin, suivi de Spa en LMP3 la semaine dernière, ici au Mugello et Imola le week-end prochain en Porsche Sports Cup Suisse. En parallèle de mes engagements, je travaille déjà activement pour 2020 avec la volonté de réunir les mêmes bons ingrédients, pour les 24 Heures, si ce n’est plus. La trêve estivale va me permettre de regarder cela, d’examiner certaines propositions et j’espère avoir des choix à faire ! »

Après ces deux semaines en Italie, Vincent va pouvoir souffler un peu. Quelques essais ou coaching en attendant que l’Ultimate Cup Series reprenne fin septembre à Valencia. D’autres courses en LMP3 ou GT sont au programme d’ici la fin de saison.