La deuxième journée de ce week-end nivernais de l’Ultimate Cup Series est placée sous le signe de la compétition. Les valeureux pilotes de chaque plateau ont bravé la pluie pour s’affronter en piste et nous offrir de magnifiques courses à rebondissements.

GT Sprint, course 2 : Milan Petelet domine de bout en bout

Vainqueur de la première course, Milan Petelet s’élance depuis la pole position de la deuxième course après avoir réalisé le meilleur temps des qualifications, sur son deuxième tour. Le jeune pilote de la Porsche 911 GT3 Cup #72/ABM prend un excellent envol et s’envole dès les premiers virages. A l’issue du premier tour, Milan Petelet compte déjà plus de 7 secondes d’avance sur ses poursuivants qui sont à la lutte pour la deuxième place. La Ferrari 458 GT3 #17/Wasserman Racing Services emmenée par Philippe Colançon perd la 2e place face à Maxime Mainguy et la Porsche Cup #28/Breizh Motorsport 56 au Château d’eau. Après plusieurs tours, le pilote de la Ferrari retrouve son rythme de croisière et rattrape la Porsche devant lui. Il reprend son dû dans le 6e tour de course et prends le large. L’écart est déjà trop important avec le leader, Milan Petelet, qui signe d’ailleurs le meilleur tour en course en 1 :41.857. Il franchit la ligne d’arrivée avec 51 secondes d’avance sur Philippe Colançon, qui s’impose dans la catégorie UGT, tandis que Maxime Mainguy complète le podium du général.

Malgré une pénalité de 30 secondes à l’issue de la course pour non-respect des limites de la piste, Alexandre Guesdon a conservé sa 4e place au général, la 3 de la catégorie UGTC, au volant de la Mitjet SuperTourisme #12/Génération Stunt.

La pilote Marine Pidoux a remporté d’une main de maître la catégorie UGTX à bord de la Mitjet SuperTourisme #6/Speed Car.

Monoplace, course 1 : Konstantin Lachenauer poursuit sa lancée impériale

Un gros orage de pluie et de grêle s’abat quelques minutes avant le départ de la première course Monoplace du week-end. La piste est détrempée et la direction de course décide de donner le départ derrière la voiture de sécurité. Cette dernière s’efface après un tour en piste et lâche les fauves. En pole, Konstantin Lachenauer garde l’avantage au volant de la F3-T318 #31/Graff, mais Pierre-Albert Fusela est blotti dans son aileron arrière. Le pilote de la F3-T318 #10/Lamo Racing attend son heure et trouve l’ouverture dans le 4e tour, dans l’emblématique virage d’Adélaïde. Le match retour ne se fait pas attendre et Konstantin Lachenauer retrouve les commandes de la course, signe le meilleur tour en course en 1:48.668 et prend le large.

Une sortie de piste de Rikart Walter dans l’enchaînement rapide d’Imola provoque une neutralisation et la fin de la course à 3 minutes de son terme. Tout va bien pour le pilote de la FR 2.0 #2.

Konstantin Lachenauer est donc proclamé vainqueur de cette première course ; la quatrième consécutive pour le pilote suisse. Pierre-Albert Fusela termine deuxième, mais n’a qu’une envie, prendre sa revanche lors de la deuxième course !

La bataille a été magnifique entre Gentlemen Drivers entre les pilotes Graff, Éric Trouillet et Adrien Chila. Ce dernier, parti de la 4e place GD, 6e du général, est remonté jusqu’à la troisième marche du podium et la première place GD !

Loris Kyburz (Sports Promotion) s’impose quant à lui dans la catégorie réservée au FR 2.0.

GT Sprint, course 3 : Maxime Mainguy remporte sa première victoire de la saison

Les équipes et les pilotes ont un choix cornélien à faire sur la grille de départ. Alors que la piste est humide, la trajectoire sèche se dessine et certains sont tentés de faire le pari des pneus slicks. Sur la première ligne, partagée par la Ferrari 458 GT3 #17/Wasserman Racing Servies et la Porsche 911 GT3 Cup #72/ABM. Alors qu’on privilégie les pneus pluie chez les deux premiers, la Porsche #28/Breizh Motorsport 56 est quant à elle chaussée de pneus slicks. Ce choix s’est avéré le meilleur, car même si Maxime Mainguy était un peu en retrait en début de course, il a ensuite tiré profit de ses pneumatiques Michelin pour s’emparer du leadership après 10 tours de course. Le pilote breton s’est imposé avec plus de 20 secondes d’avance sur Philippe Colançon qui a sauvé les meubles et sauvé ses pneus pluie pour terminer 2e. Le pilote de la Ferrari remporte la catégorie UGT. Les déboires connus par Milan Petelet ne lui ont pas permis de prétendre à un nouveau podium. Alexandre Guesdon, qui a été impressionnant en début de course, grimpe sur la troisième marche du podium scratch pour le compte de la Mitjet SuperTourisme #12/Génération Stunt.

Victoire de la Ginetta G55 #41 de François Denis dans la catégorie UGTX.

Monoplace, course 2 : Konstantin Lachenauer poursuit sa lancée impériale

La pluie a cessé pour le départ de la deuxième course. Konstantin Lachenauer et Pierre-Albert Fusella se partagent la première ligne de la grille de départ. Le poleman, Konstantin Lachenauer prend un bon départ au volant de la F3-T318 #31/Graff, mais Pierre-Albert Fusella patiente quelques virages avant de prendre le leadership à bord de la F3-T318 #10/Lamo Racing. La course est ensuite neutralisée lorsque les F3 #55/Formula Motorsport et #39/Graff se percutent. La bataille reprend pour quelques secondes seulement puisque F3 #68 est arrêtée en piste. A la relance, Pierre-Albert Fusella conserve la première place, mais part en tête-à-queue au virage du Nürburgring. Konstantin Lachenauer hérite du leadership et déroule pour s’imposer une cinquième fois cette saison ! Christophe Hurni, en plus de grimper sur le podium du général, s’impose chez les Gentlemen Drivers.

GT Endurance, course : les champions en titre de la Ferrari #1/Visiom dominent

L’homogénéité de l’équipage de la Ferrari 488 GT3 Evo #1 du team Visiom n’est plus à démontrer. Jean-Bernard Bouvet, Thierry Perrier et Jean-Paul Pagny ont établi la meilleure moyenne des qualifications en 1:39.722 et se sont élancés en pole position.

Les conditions météorologiques sont correctes pour le départ de la course samedi, en fin d’après-midi. Le départ est une simple formalité pour Thierry Perrier qui conserve le leadership face à la Renault R.S. 01 #45. Au volant de cette dernière, Franck Thybaud se montre particulièrement prudent et perd quelques positions. Les pilotes sont coupés

dans leur élan suite à l’intervention de la Safety Car, provoquée par la sortie de piste de la Golf TCR #25/Code Racing Development dans la courbe d’Estoril.

Au gré des passages par les stands, la Renault R.S. 01 #45 se hisse au sommet de la hiérarchie, mais alors qu’elle jouait le podium au classement général, la GT française, avec Lucien Crapiz à son volant, est partie à la faute à la sortie du premier virage. Si le pilote est sorti indemne, la voiture a dû être ramenée sur plateau. Les mécaniciens ont travaillé d’arrache-pied pour remettre en état la voiture, car, même si la victoire était inatteignable à la régulière, les points dans la catégorie UGTFREE sont en jeu. Pendant ce temps, la Ferrari #1 a pris une sérieuse option.

Thierry Perrier, Jean-Paul Pagny et Jean-Bernard Bouvet se sont succédés au volant de cette Ferrari sans commettre la moindre erreur. Les champions en titre du Challenge GT Endurance se sont imposés à la nuit tombée après avoir mené 97 des 114 tours de course.

Malgré quelques ennuis mécaniques et une sortie de piste due à une incompréhension avec un retardataire, l’équipage de la Lamborghini Super Trofeo #14/ABM, composé de Milan Petelet, Paul Aegerter et Simon Escallier, terminent deuxième et s’imposent dans la catégorie UGT.

Trois catégories différentes sont représentées sur le podium scratch avec la troisième place de l’Alpine A110 #2/Speed Car, pilotée par Bernard et Pinaud, évoluant en UGTX.

A noter la victoire de l’Opel Astra TCR #123/Turbo 2000 Sport dans la catégorie UT après une lutte intense avec la Volkswagen Golf TCR #25/Code Racing Development.

Les concurrents de la catégorie UGTC se sont arrêtées au bout de trois heures. La course n’a pas été de tout repos pour la Porsche 911 GT3 Cup #71/Martinet by Alméras. Pierre Martinet et Gérard Tremblay, accompagnés par Marvin Klein, ont réalisé une course parfaite après s’être battus face à l’équipage de la Ligier JS2 R #74/Cool Racing dont la course a été entachée par l’accrochage avec la Lamborghini #14/ABM.

Communiqué de presse