Après une saison en FFSA GT en 2019 aux côtés d’Olivier Pernaut, chez Orhès Racing, Théo Nouet s’est lancé à l’assaut du championnat d’Europe GT4. Le jeune pilote breton, âgé de 18 ans, partage le volant d’une Aston Martin Vantage GT4 d’AGS Events, avec Valentin Hasse-Clot. Les deux Français sont d’ailleurs en tête du championnat Silver.

Théo, comment êtes-vous passés du championnat de France au championnat d’Europe ?

« La bascule s’est très bien passée. Avec Valentin, nous nous sommes rencontrés il y a un petit moment et nous avons gardé contact. Le fait de rouler ensemble est vraiment super, on forme un équipage fort, en piste, mais surtout en dehors grâce à notre complicité. Je ne connaissais pas l’équipe AGS Events, mais dans le cadre de la Driver Academy, que j’ai intégrée, Aston Martin Racing s’est chargé de me proposer des programmes, dont celui-ci, en Championnat d’Europe GT4. Je suis allé voir AGS dans le Sud pour les connaître un peu mieux et je me suis très bien entendu avec le patron, Nicolas Gomar. Nous nous sommes faits confiance et cela est payant. C’est un championnat très relevé, très bien organisé malgré la situation, avec une belle communication. »

Ce format de courses semble vous plaire ?

« C’est une formule qui me plaît. On reste sur le même format qu’en GT4 France, mais sur des circuits européens, en support du GT World Challenge Europe. Cela me permet aussi de me montrer devant les équipes évoluant en GT3. La visibilité est bien meilleure et nous sommes un peu « les français » du championnat d’Europe. »

Théo Nouet (AGS Events) : "nous sommes à la place que nous méritons"

© AGS Events

Grâce à trois victoires et deux podiums en Silver Cup, Théo et Valentin mènent le championnat et compte conserver l’avantage à Spa et au Castellet…

« Nous avons un peu joué de malchance en début de saison, avec un abandon sur panne d’essence à Misano, mais aussi avec les Safety Cars à Imola, même si ça fait partie de la course, et nous avons subi une crevaison au Nürburgring alors qu’on était en tête. Par rapport à tout ce que nous avons produit comme travail, je pense que nous sommes à la place que nous méritons. Nous sommes contents et nous allons faire en sorte de la garder jusqu’au bout. »

Valentin vous aide à progresser ?

« Même au sein d’Aston Martin, Valentin me donne énormément de conseils, ainsi que sur l’aspect technique grâce à son savoir-faire qu’il a acquis en Porsche Cup et chez Aston Martin. Quand les deux pilotes s’entendent à merveille, cela créé quelque chose de fort et je pense que c’est la force de notre équipage. Nous n’avons fait que très peu d’erreurs dans la voiture. Nous ne sommes pas du tout en concurrence, il est déjà en GT3 alors que, me concernant, c’est encore un objectif à atteindre. Nous nous tirons tous les deux vers le haut. »

Vous vous attendiez à jouer le titre cette saison ?

« Je savais que je n’avais pas fait une super saison en France, car je n’étais pas vraiment à l’aise avec l’Audi. Sur un plan personnel, je ne pensais pas être aussi vite d’entrée de jeu et être aussi proche du niveau de Valentin. Le travail de cet hiver a payé. Nous avons fait deux jours d’essais à Nogaro qui nous ont permis de travailler ensemble et de créer cette synergie. Nous nous sommes rendus compte en début de saison que nous pouvions jouer le titre. Nous étions là à Imola et cela renforce notre détermination jusqu’au Castellet. »

Des piges sont à votre programme cette année ?

« Je reste concentré sur le programme en GT4 Europe. Il y a des discussions pour quelques piges pour la fin d’année, mais rien n’est confirmé à ce stade. »

Théo Nouet (AGS Events) : "nous sommes à la place que nous méritons"

© AGS Events

En quoi consiste l’Aston Martin Racing Driver Academy ?

« Normalement, nous étions censés avoir des rendez-vous à l’usine en Angleterre pour la préparation physique, pour la communication et le management. A cause du Coronavirus, c’est compliqué de s’y rendre. Nous avons aussi des séances d’essais organisées sur le simulateur. A la fin de l’année, le pilote le plus complet, pas seulement le plus rapide, reçoit notamment un soutien financier pour 2021. »

Quel est votre objectif pour les saisons à venir ?

« Maintenant, que j’ai mis un pied dans la maison Aston Martin, j’ai envie d’y rester, car le constructeur a le vent en poupe, notamment avec la victoire aux dernières 24 Heures du Mans. L’objectif pour les saisons prochaines est d’essayer de mettre un pied dans l’univers du GT3. Je ne veux pas y aller trop vite et trop tôt. Je pense que ce serait une bêtise de se lancer dans la cour des grands trop vite. L’objectif à terme étant de devenir pilote professionnel. »