Basée à Revel, en Haute-Garonne, l’écurie MV2S Racing gravit les échelons du sport automobile année après année. La structure gérée par Stéphane Roux a mis sur pied plusieurs programmes sur la scène européenne et devrait être en pleine effervescence, mais le Covid-19 est passé par là….

Nous avons donc le point avec Stéphane Roux, team principal et team manager de l’équipe, qui, comme ses dix salariés, ronge son frein…

Comment se porte l’équipe au regard de la crise et comment voyez-vous les prochaines semaines ?

« L’équipe est à l’arrêt depuis mi-mars et si l’absence de compétition en juillet se confirme, ça fera quatre mois de chiffre d’affaire en moins, » regrette Stéphane. « Heureusement que nous sommes en France et que des mesures ont été prises en faveur des entreprises, mais la trésorerie n’est pas inépuisable. Le chômage partiel est une vraie bouffée d’oxygène, mais le crédit de trésorerie reste un crédit. On a aujourd’hui une capacité financière et surtout une structure qui tient la route, ce qui nous permet d’être serein et de voir venir. »

Vos clients sont-ils inquiets ?

« C’est une clientèle de chef d’entreprise. La bonne nouvelle est qu’ils sont tous en bonne santé. Certes l’année sera compliquée, mais ils sont confiants et ont la volonté de piloter. A nous de nous adapter pour leur proposer des programmes adaptés si le budget alloué au sport auto doit être revu à la baisse. Forcément, il y aura des conséquences économiques, mais on préfère voir le verre à moitié plein et ce sera à nous de réagir en fonction. »

MV2S Racing a réussi à monter de beaux programmes pour cette année. L’hiver a été studieux et l’engagement d’une Ligier JS P320 en Michelin Le Mans Cup a pu se concrétiser.

Christophe Cresp, qui porte le programme avec l’équipe, sera épaulé par Fabien Lavergne, en alternance avec Bruce Jouanny.

La Ligier JS P320 et une des deux Ligier JS2 R

Le programme sur la scène européenne ne s’arrêtera pas là puisque deux Ligier JS2 R seront engagées en Ligier European Series. Le premier équipage sera 100 % russe avec Mikhaïl Makarovskii et Victor Shaytar, notamment vainqueur des 24 Heures du Mans et champion FIA WEC 2015 en LMGTE Am. La deuxième JS2 R sera confiée à Antoine Chapus qui sera épaulé par deux pilotes différents, en fonction des courses.

Ce seront aussi cinq Mitjet 2L qui seront alignées en Mitjet International. De plus, cinq ST renforceront l’effectif lors des épreuves où elles seront acceptées.

L’équipe est prête, mais des incertitudes subsistent…

« Les décisions gouvernementales évoluent et on ne sait pas avec certitude si la saison va démarrer au Castellet. Je ne suis pas sûr non plus que l’espace Schengen soir rouvert et donc je ne suis pas sûr que mes clients russes puissent venir. C’est une autre incertitude. »

Stéphane Roux (MV2S Racing) : "fier que des pilotes aussi talentueux nous fassent confiance"

Christophe Cresp au volant de la Ligier JS P320 au Castellet

Pour cette nouvelle aventure en LMP3, Stéphane Roux et MV2S Racing peuvent compter sur le soutien de Chrisophe Cresp et de son entreprise de télécoms, Sewan.

« C’est aujourd’hui un partenaire incontournable de l’équipe qui contribue à sa croissance. C’est un challenge sportif très stimulant pour l’équipe. Nous avons reçu la voiture assez tôt, en décembre dernier et on a donc pu travailler à l’atelier. Nous avons aussi recruté un ingénieur qui a une grosse expérience. »

L’hiver a donc été très studieux avec plusieurs séances d’essais très encourageantes…

« On a eu la chance de faire quatre journées d’essais, deux fois 2 jours à Barcelone et au Castellet. A Barcelone, fin janvier, avec une vingtaine de degrés et peu de voitures en piste, on a pu travailler la performance avec Fabien Lavergne, mais aussi avec Christophe (Cresp. Ndlr) qui a beaucoup roulé. Grâce à sa grinta et son talent, Fabien a réalisé les meilleurs chronos des deux jours. C’était très positif surtout qu’on partageait la piste avec Cool Racing et Ligier et qu’on découvrait l’auto. Tout s’est également bien passé avec nos JS2 R. Au Castellet, Christophe a pu faire quasiment une simulation de relais de course. Cela avance bien et nous sommes satisfaits. »

Bruce Jouanny doit remplacer Fabien Lavergne pour les manches de Road To Le Mans et du Castellet et a aussi pu prendre ses marques au volant de la JS P320.

« Bruce a roulé avec nous et Ligier au Castellet. On devait reprogrammer deux jours d’essais, avec les trois pilotes cette fois-ci. Fabien devait commencer avec les deux premières manches et Bruce devait enchaîner à Road To Le Mans en juin. Il va falloir se réorganiser en fonction des calendriers. »

Fabien Lavergne et Mikkel Mac

Champion ELMS en LMGTE et vice-champion Michelin Le Mans Cup en GT3 l’an passé, Fabien Lavergne a toujours été proche de l’équipe revéloise.

« On se connaît depuis 2017 lorsqu’il a participé et remporté la Mitjet avec MV2S et depuis, nous entretenons une très bonne relation. Il fait partie intégrante de l’équipe et est le coach de l’équipe et on ne fait pas une journée d’essais sans sa présence, que ce soit en Mitjet, en JS2 R ou en P3. C’est lui qui manage et coache nos pilotes, que ce soient des jeunes de moins de 16 ans ou des gentlemen drivers qui veulent progresser. C’est encore mieux quand on peut l’intégrer à l’un de nos programmes en tant que pilote comme en Michelin Le Mans Cup même si on lui souhaite surtout d’avoir un volant pro. C’est une vraie valeur ajoutée. Je serais peut-être amené, en fonction de l’évolution, à laisser la partie team manager, très certainement au profit de Fabien dès cette année en LMP3, en alternance avec moi lorsqu’il sera au volant. »

En quelques années, seulement, vous avez réussi à faire progresser significativement votre structure et à attirer des pilotes de pointe. Ce doit être une fierté qui vous pousse à aller vouloir aller encore plus loin ?

« Je suis assez fier que des pilotes aussi talentueux nous fassent confiance. J’ai hâte que 2020 commence… Avec ces programmes et ces équipages, ça aurait pu être une année exceptionnelle pour nous. Nous avions aussi la volonté d’acquérir une deuxième LMP3 en cours de saison, mais cela s’est arrêté brutalement. Nous aurons d’autres opportunités et faire rouler une deuxième LMP3 cette année est de l’ordre du possible. Nous avons des projets, nous sommes optimistes, nous sommes accompagnés par nos pilotes et nos partenaires et nous avançons sereinement ! » conclut Stéphane Roux.