Vainqueur des dernières 24 Heures de Spa dans la catégorie Silver Cup chez Ombra Racing, Romain Monti est revenu avec nous sur sa saison 2018 où il évoluait dans deux championnats différents et sur ses projets pour la saison à venir.

Sa victoire aux Total 24 Heures de Spa au volant de la Lamborghini Huracan GT3 de l’écurie italienne reste un des moments marquants de sa saison 2018 : « Pour ma part c’était ma première participation à cette course mythique. Déjà, y participer pour la première fois était un objectif, la terminer était un aboutissement, mais la gagner… c’est simplement extraordinaire. »

Avec seulement deux secondes d’écart avec le deuxième au drapeau à damiers, cela démontre encore une fois la difficulté de ce championnat très concurrentiel : « La course n’a pas été facile, surtout en plein milieu de la nuit, avec l’interruption provoquée par un gros crash au niveau du raidillon. J’étais en plein dans un double relais à ce moment-là, ça a été très dur nerveusement. Lorsque mon coéquipier Alex a franchi la ligne d’arrivée en tête, c’était une vraie libération. »

Pour la saison à venir, l’objectif est clair, poursuivre dans la catégorie GT3 et en Blancpain GT Series : « Depuis 2016, après mon titre en Maserati Trofeo World Series, j’évolue là où je souhaite être, à savoir en Blancpain GT Series. Les résultats sont là, tout comme mon évolution. Les meilleurs pilotes au monde se trouvent dans cette catégorie, tout comme les plus grands constructeurs. En 2019 je devrais à nouveau être engagé en GT3. Mais je ne dirais pas non si d’autres occasions se présentent, comme le prototype, ou le GT4. Celà permet de devenir un pilote plus complet. »

Le parisien était présent il y a quelques jours sur le circuit de Barcelone pour tester la Ligier JS P3 du KEO Racing. De quoi nouer des contacts en vue des semaines à venir : « Le test a été concluant, même si à cause des conditions de piste, j’ai été limité en temps de roulage. J’ai pu faire une dizaine de tours au total. Mais ça m’a permis de découvrir un pilotage différent. Les chronos sont assez proches d’une GT3, mais le comportement est vraiment à part. On verra si cela peut aboutir sur quelque chose de concret. »

Le pilote de 28 ans est également depuis peu, ambassadeur du jeu Assetto Corsa Competizione, la simulation officielle de la Blancpain GT Series : « C’est une grande fierté, car j’ai toujours été un grand fan du simracing. Je m’entrainais sur PC et console avant même de débuter le sport automobile. Pour moi, le simracing représente l’avenir de la course automobile.

Je roule sur Assetto Corsa depuis la sortie du jeu, et Assetto Corsa Competizione est l’outil idéal pour moi, car c’est le jeu officiel des Blancpain GT Series. J’y retrouve tous les circuits de la saison, toutes les voitures. En plus, c’est un super support de communication pour mes partenaires qui apparaissent dans un jeu diffusé à des millions d’exemplaires. Je partage pas mal de mes chronos sur Assetto Corsa Competizione sur ma chaîne Youtube.

Comme le précise Romain Monti, en quelques années, le simracing est devenu une vraie porte d’entrée vers la course réelle :« Mon ami Enzo Bonito l’a démontré à la Race of Champions en battant des pilotes de renom. Si en réel on est quelques milliers de pratiquants, le virtuel réunit des millions de joueurs. J’ai l’habitude de dire que le meilleur simracer est sans doute meilleur que le meilleur pilote réel, vu que la concurrence est bien plus importante et que l’aspect financier ne rentre plus en compte. »

Comme la majorité des pilotes, courir aux 24 Heures du Mans reste un objectif : « J’essaie de capitaliser sur ma victoire aux 24 Heures de Spa pour m’ouvrir les portes du Mans, même si cela reste deux mondes à part. En terme de difficulté, je place Spa un cran au-dessus du Mans, sachant que la course la plus dure au monde doit être les 24 Heures du Nürburgring. Mais Le Mans a une aura particulière, et possède encore aujourd’hui un rayonnement médiatique plus important. Avis aux partenaires qui veulent se lancer dans l’aventure en ma compagnie. »

Vous pouvez retrouver Romain Monti sur sa chaine Youtube dans lequel il fait découvrir l’envers du décor des courses d’endurance et nous fait part de ses impressions sur le jeu Assetto Corsa Competizione.