Romain Dumas a discuté avec une écurie LMP1 privée

© Marc Fleury

Revoir Romain Dumas dans la catégorie reine de l’Endurance aurait fière allure malgré le contexte actuel. L’Alésien, double vainqueur des 24 Heures du Mans au général en 2010 et 2016, a d’ailleurs été récemment en contact avec l’une des deux écuries privées en lice dans le Championnat du Monde d’Endurance de la FIA.

« C’est quelque chose qui me plairait en soi, » nous a confié Romain Dumas. « Mais ce qui est clair c’est qu’une équipe privée ne peut pas battre un constructeur, ce qui est normal et puis disputer la saison complète du WEC avec des circuits comme à Shanghai ou à Barheïn où il n’y a pas grand monde, c’est inintéressant. »

« C’est normal malgré tout qu’une équipe privée ne puisse pas battre un constructeur, les moyens ne sont pas les mêmes » poursuit le pilote officiel Porsche. « La catégorie prototype reste la plus belle des catégories selon moi. D’avoir fait Le Mans en LMP2 avec la compétition qu’il y avait, je me suis tout autant régalé et vu la vitesse des P2, ce n’est pas du tout déplaisant. Le challenge était d’autant plus sympa que c’était un projet alésien, que certains mécaniciens ont travaillé chez moi avant, tous les éléments étaient réunis. »

Romain Dumas a discuté avec une écurie LMP1 privée

© Joao Filipe / AdrenalMedia.com

Quel est justement votre regard sur la situation actuelle ?

« Tout le monde se plaint maintenant mais il y a dix ans ce n’était pas mieux quand Pescarolo se battait face à Audi. En 2007, nous nous prenions dix secondes par tour et Henri parlait déjà d’équivalence. Les gens ne s’en rendent pas compte car ils ne regardaient pas l’endurance à l’époque. Nous sommes passés de 10 secondes à 2 secondes aujourd’hui entre un constructeur et des équipes privées, l’équivalence n’est donc pas si mal. Cependant il faut la P1 privée soit autant, voire plus rapide que la Toyota sur un tour. La seule fois que Pescarolo aurait pu et aurait dû gagner face à Audi c’est quand elle était plus rapide mais la fiabilité en a décidé autrement. C’est ça l’Endurance.»

Romain Dumas n’a jamais autant travaillé que cette année. Outre sa casquette de pilote officiel Porsche, pilote Volkswagen Motorsport, il est aussi le responsable de sa propre structure RD Limited.

« Nous avions trois voitures à Pikes Peak et cela s’est bien passé. Raphaël Astier s’est imposé dans sa catégorie donc c’est évidemment positif. Les rallyes historiques représentent la part la plus importante de nos activités mais nous travaillons actuellement sur un autre projet dont les détails seront publiés dans les prochaines semaines. »

Après le record absolu à Pikes Peak l’année dernière, le français a pulvérisé le record électrique sur la Nordschleife ainsi que la référence absolue à Goodwook il y a quelques semaines. Il reprendra le volant de la Volkswagen ID. R à la fin du mois d’août, sur la route sinueuse du Mont Tianmen, en Chine.

« 99 virages pour 11 kilomètres … reconnaitre le tracé va me donner mal à la tête (rire). Je m’y rendrai juste après les 8 Heures de Suzuka, soit quelques jours avant le roulage. Cela promet d’être excitant ! »

Volkswagen Motorsport réfléchit à de nouveaux défi pour l’année prochaine.