© Audi

Il y a tout juste dix-huit ans, le 31 décembre 2000, se tenait à Adélaïde la Race of a Thousand Years. Le meeting, qui clôturait l’ultime journée du vingtième siècle, achevait la deuxième saison des défuntes American Le Mans Series, qui s’exportèrent cette année-là en Europe ainsi qu’en Océanie. A course particulière, livrée particulière, Audi engageant ce jour-là un prototype aux couleurs inhabituelles.

Si la R8 #88 confiée à Frank Biela et Emanuele Pirro, vainqueurs quelques mois plus tôt des 24 Heures du Mans aux côtés de Tom Kristensen, arborait bien son habituelle livrée gris-rouge, la #77 pilotée par Allan McNish et Rinaldo Capello était parée d’une curieuse robe à motifs d’écailles de crocodile. Clin d’œil au pays-hôte de l’évènement, il s’agit assurément de la décoration la plus atypique ayant orné les prototypes de la firme aux anneaux. Le nom de l’australien Brad Jones figurait également sur la #77, McNish étant incertain pour la course en raison d’une douleur à l’épaule. Quant au déroulé de l’épreuve, il n’est pas fortuit de dire que l’Audi Crocodile a littéralement dévoré ses concurrents de la catégorie LMP.

Dès les qualifications, Audi signait le doublé avec Capello devançant Biela. Les deux allemandes, séparées de 0.174 secondes, reléguaient la plus proche des Panoz LMP-1 Roadster-S à 1.185 secondes, tandis que les Cadillac Northstar LMP et Lola B2K/10 accusaient entre 3 et 9 secondes de retard sur le tracé ayant accueilli le Grand Prix d’Australie entre 1985 et 1995. Ce 31 décembre ne commençait toutefois pas de la meilleure des manières pour l’équipage « crocodile » : endommagée par une sortie de piste de Capello durant le warm-up matinal, la #77 aurait pu ne jamais se présenter au départ sans les réparations rapides de l’équipe.

© AudiWorld

Le prototype aux faux-airs de reptile sera finalement de la partie, et McNish, bien remis, prendra le départ depuis la pole pour effectuer au volant de cette Audi R8 #77 un premier relais de … 77 tours. L’écossais sera l’auteur du tour en course le plus rapide de l’histoire du tracé, F1 exclues, en 1:25.219 et remportera à l’issue de la course le championnat des pilotes. Une course d’ailleurs raccourcie, celle-ci devant initialement durer 1000km mais réduite à 850km par manque de temps, deux heures avant le passage au vingt-et-unième siècle. Capello et McNish possèdent une très confortable avance de 21 tours sur la Lola B2K/10 #28 du Konrad Motorsport lorsqu’est agité à 22h le drapeau à damiers. Le sort aura été moins favorable pour la voiture sœur de Biela et Pirro : l’italien ayant endommagé la #78 en dépassant des retardataires, les vainqueurs du Mans ne termineront qu’à la 15e place du général.

Course test pour le projet Asia Pacific Le Mans Series, qui ne verra jamais le jour, la Race of a Thousand Years ne fut qu’un coup unique dans l’histoire de l’endurance. Ce qui devait être la première édition d’un contrat de neuf ans ne sera pas réitéré l’année suivante par les organisateurs, qui attendaient 200 000 spectateurs sur le week-end mais n’en virent que 140 000. L’éphémère course australienne restera donc la seule apparition de l’Audi Crocodile en compétition. Avec cette victoire, la marque aux anneaux achevait le vingtième siècle de la même façon qu’elle allait commencer le vingt-et-unième, par un règne sans partage sur la discipline …