Les pilotes sont ceux que nous mettons les plus en avant lors des week-ends de course. Pourtant, beaucoup de personnes travaillent dans l’ombre au sein des équipes pour qu’ils puissent exprimer leur talent en piste. Nous sommes ainsi partis à la rencontre de Jérémy Bordes, ostéopathe de Larbre Compétition.

Ostéopathe dans le sud de la France, Jérémy a vécu sa septième édition des 24 Heures du Mans au sein de l’écurie française. Il était ainsi aux côtés de Romano Ricci et d’Erwin Creed, qu’il suit depuis le début de la Super Saison, ainsi que Nicholas Boulle.

Jérémy, expliquez-nous à quoi ressemble une journée type ?

« J’arrive au circuit vers 9h. Je me mets à disposition du staff technique. Il y a énormément de personnes qui travaillent au sein d’une équipe. Il faut que tout le monde soit au point physiquement et techniquement, que ce soit les pilotes, les ingénieurs ou les mécaniciens. Je me réserve le début de la matinée pour les mécaniciens et les ingénieurs pendant que les pilotes se reposent un peu. La fin de matinée leur est ensuite consacrée. On mange et l’après-midi débute par un briefing d’équipe. Je retrouve les pilotes ensuite pour une remise en action avec test des réflexes, optimisation de la condition physique etc. Avant une séance, par exemple la séance qualificative, je les reprends une heure avant pour faire des échauffements afin qu’ils soient prêts un quart d’heure avant. Après chaque séance, je surveille leur alimentation ainsi que leur hydratation. »

La semaine mancelle est longue et débute avec le Pesage. La Ligier JS P217 #50 de Larbre s’étant conformée à ses obligations le dimanche, les journées du lundi et mardi ne sont pas perdues.

« Après le Pesage, nous avons l’habitude de partir faire un petit stage de deux jours, à une heure du Mans. Cette année, nous sommes allés du côté de Rennes. Cela nous permet notamment de faire des briefings sur l’organisation de la semaine mais aussi de parfaire la cohésion d’équipe. Le team manager, Jack Leconte est également présent. C’est l’occasion de leur présenter l’organisation de l’équipe, ce qu’on attend d’eux et ce qu’ils peuvent attendre de nous. »

Les pilotes sont dans les meilleures conditions possibles avec des espaces qui leurs sont dédiés.

« Chez Larbre, priorité au confort des pilotes. Nous avons un bungalow dans le support paddock avec une chambre, une salle de bain et mon espace pour les remettre un peu à niveau si besoin. La nuit, ils arrivent à dormir et je les réveille dans un ordre bien défini à l’avance en fonction de la stratégie. »

L’approche est-elle différente entre les pilotes amateurs et professionnels ?

« Mon approche ne change pas mais la leur est différente. Nous avons deux pilotes qui ont fait le Championnat du Monde donc ils commencent à avoir l’habitude mais sinon il faut faire preuve d’un peu de pédagogie. »

Les 24 Heures du Mans sont en réalité une longue journée de plus de trente heures …

« J’arrive au circuit le samedi vers 7h-7h30, étant donné que le warm-up est à 9h. Cela permet de revoir les pilotes, même si les trois ne roulent pas. Je m’occupe ainsi des deux qui roulent pendant le warm-up avec notamment un réveil musculaire. Tout s’enchaine très vite avec la procédure de départ vers 13h, le départ à 15h et après c’est non-stop jusqu’à l’arrivée. Dès qu’un pilote sort de la voiture, je le prends en charge. Dès que je suis avec un pilote, le deuxième est dans la voiture et le troisième est au repos. »

Jérémy s’occupe également de la préparation de boisson bien spécifique dont il garde de le secret de fabrication.