Place à la deuxième partie de l’interview que nous a accordé Pierre Fillon, Président de l’Automobile Club de l’Ouest. Parmi les points évoqués, les changements apportés au programme des 24 Heures du Mans 2020, la réorganisation des calendriers FIA WEC et ELMS, le retour au format classique pour la saison 2021 du WEC, la réglementation LMDh…

Parmi les changements dans l’organisation de la 88e édition des 24 Heures du Mans, l’absence de Journée Test. Pour cette raison, trois heures de roulage supplémentaires en essais libres ont été allouées.

L’absence de Journée Test ne va-t-elle cependant pas compliquer l’élaboration de la Balance de Performance pour la classique mancelle ?

« Nous avons toutes les datas de l’année dernière et beaucoup de voitures sont les mêmes que l’année dernière. » nous précise Pierre Fillon. « Les trois heures permettront tout de même à nos équipes techniques d’établir une BoP fiable. Avant de prendre cette décision, nous avons bien sûr consulté notre département technique. Il fallait comprimer l’événement et ce n’était pas possible d’organiser cette Journée Test. »

© Marc Fleury

Vous avez ensuite avancé le départ à 14h30, pourquoi ?

« Pour trois raisons. D’abord, nous serons au mois de septembre et donc il fera nuit beaucoup plus tôt. De plus, nous ne serons pas en période pré-estivale, beaucoup de personnes travailleront le lendemain, les enfants retourneront à l’école et nous ne voulions pas que ces personnes rentrent tard et de nuit. Ensuite, nos diffuseurs sont les mêmes que Roland-Garros, essentiellement France TV et Eurosport, en Europe, et nous ne voulions pas de gros clash. Enfin, c’est plus sympa pour les spectateurs d’avoir un temps plus long entre le départ et la nuit pour mieux profiter de la course. Nous avons avancé le warm up de façon à maintenir le cérémonial de départ qui est un moment extraordinaire pour tout le monde. »

Précisons que les courses support, Road To Le Mans et Porsche Carrera Cup France, auront bien lieu entre le warm up et départ.

Les vérifications administratives et techniques, plus communément appelées Pesage, n’aura pas lieu place de République, mais dans l’enceinte du circuit. L’accès sera-t-il gratuit pour le public ?

« Il y aura la foire du Mans ce week-end-là, la braderie dans la ville donc c’est un peu compliqué. Les commissaires techniques auront plus de travail en raison de l’absence de Journée Test et il fallait donc leur simplifier un maximum la tâche. Cela permet aussi de réduire les coûts. Évidemment, ce Pesage sera ouvert au public gratuitement, avec les animations habituelles, dont les interviews de Bruno Vandestick. »

Pierre Fillon (ACO), 2e partie : "décaler Le Mans était central dans la reconstruction du calendrier"

© Marc Fleury

Suite au report des 24 Heures du Mans, les calendriers FIA WEC et ELMS ont donc été remaniés.

« Le fait de décaler Le Mans était central dans la reconstruction du calendrier. Avec Gérard Neveu et les équipes de LMEM (Le Mans Endurance Management. Ndlr), nous avons réorganisé le FIA WEC, dont la saison était bien entamée contrairement à l’ELMS qui n’a pas débuté. Avec une course de moins au calendrier de l’ELMS, ce qui représente une réduction des coûts pour les équipes. Ce calendrier est aujourd’hui raisonnable et faisable avec un début de saison au Castellet, prévu après mi-juillet, donc après l’échéance fixée par le président Macron (à propos de l’interdiction des rassemblements prévue jusqu’à mi-juillet. Ndlr). On réévaluera si besoin. »

Les 24 Heures du Mans ne seront plus la finale de la saison 8 du FIA WEC…

« Il était important de préserver l’équité sportive en maintenant huit courses à ce calendrier. La marge de manœuvre étant très réduite avant les 24 Heures du Mans, il a été décidé d’organiser la finale à Bahreïn. »

La crise que nous traversons a-t-elle engendré d’autres forfaits que celui de la Filière Frédéric Sausset ?

« Le forfait de Frédéric Sausset est un peu particulier puisque la préparation de l’équipage n’aurait pas été optimale. Je pense qu’il a pris la bonne décision d’autant qu’il sera là en 2021 avec ses pilotes. C’est le seul forfait signalé à ce jour. »

Pierre Fillon (ACO), 2e partie : "décaler Le Mans était central dans la reconstruction du calendrier"

© Clement Marin / DPPI

L’ELMS et le FIA WEC se rendront à Spa en août, à une semaine d’intervalle. Une bonne préparation pour Le Mans…

« Il faut remercier les équipes de LMEM, Gérard Neveu et Nathalie Maillet, directrice du Circuit de Spa-Francorchamps qui a permis d’organiser cette course en août, et ce back-to-back avec l’ELMS. Pas mal d’équipes sont sur les deux championnats, ce qui va leur permettre de rentabiliser le déplacement et de réduire les coûts. Spa est aussi une bonne préparation pour Le Mans. »

Les saisons sur deux années calendaires seront abandonnées pour un retour à des saisons classiques, sur une année. Cela va pouvoir donner un peu d’air aux constructeurs et équipes…

« Oui c’est l’idée. Nous n’avons pas encore travaillé sur le calendrier complet, mais la saison débutera à Sebring en mars de façon à, entre autres, donner plus de temps aux constructeurs d’hypercar. Cela permettra ainsi à Toyota, Glickenhaus et ByKolles de pouvoir récupérer le retard notamment engendré lors de cette crise. Pour les mêmes raisons, les LMDh arriveront en mars 2022 (au lieu de septembre 2021. Ndlr). »

Pierre Fillon (ACO), 2e partie : "décaler Le Mans était central dans la reconstruction du calendrier"

© 2020 Michael L. Levitt / LAT Images

L’ACO et l’IMSA ont acté la convergence de la catégorie reine à travers la naissance de la nouvelle catégorie LMDh. Attendue par de nombreux constructeurs, cette plateforme commune a enthousiasmé le monde de l’Endurance dès son annonce en janvier dernier, à Daytona.

La réglementation devait être dévoilée plus en profondeur lors du SuperSebring, cependant le Covid-19 est passée par là et les annonces ont été retardées. Néanmoins, les deux entités continuent de travailler comme nous l’indique le président de l’ACO :

« Nous avons continué à travailler avec nos partenaires américains de l’IMSA et nous n’avons pas pris de retard. Les réunions entre les équipes techniques et les constructeurs ont continué. L’annonce a été retardée, mais on la fera, probablement dans une forme synthétique dans les prochaines semaines, et plus en détails un peu plus tard. Je ne pense pas que la priorité actuelle soit le règlement LMDh, mais plutôt de vaincre cette crise et assurer la santé de tous. »

La situation actuelle aura-t-elle un effet négatif ?

« On ne peut pas prédire quel effet aura la crise, mais ce projet est le moins cher à ce niveau-là du sport automobile et on peut penser qu’il gagne en légitimité en cette période compliquée. »

Avec un budget estimé entre 15 et 20 millions d’euros, tout en ayant la possibilité de disputer à la fois l’IMSA WeatherTech SportsCar Championship, le FIA WEC et les 24 Heures du Mans, cette plateforme a tout pour plaire ! Rappelons que le coût était estimé entre 20 et 25 millions d’euros pour une équipe d’usine et pour une saison en Le Mans Hypercar.

Pierre Fillon (ACO), 2e partie : "décaler Le Mans était central dans la reconstruction du calendrier"

© 2020 Richard Dole / LAT Images

Pierre Fillon nous a confirmé que les constructeurs engagés en FIA WEC ainsi qu’en IMSA, ainsi quelques autres, sans oublier les quatre constructeurs de châssis retenus (Dallara, Ligier, Multimatic et Oreca) sont autour de la table, soit près d’une quinzaine !