Oreca félicite l'IMSA et l'ACO pour la mise en place de la plateforme LMDh

© 2020 Barry Cantrell / LAT Images

Les réactions ne se sont pas faites attendre suite à l’annonce de la convergence entre l’IMSA et l’ACO. Parmi elles, celle d’Oreca, à travers Hugues de Chaunac, Président du Groupe, et David Floury, Directeur Technique, présents à Daytona et qui ont réagi à la naissance du LMDh.

Et pour cause, le LMDh repose sur la base d’un nouveau châssis commun, s’inspirant du Le Mans Hypercar et du LMP2, construit par l’un des 4 manufacturiers actuels de LMP2, dont Oreca.

« L’annonce de cette plateforme globale est évidemment une excellente nouvelle pour l’endurance, » se réjouit Hugues de Chaunac. « Il s’agit d’un moment historique et nous félicitons l’ACO et l’IMSA pour une telle initiative. Cela ouvre des perspectives passionnantes, tant pour les marques, les constructeurs, les teams et les pilotes, mais également les fans. C’est également valable pour les acteurs du LMP2, intégrés dans ce qui est une véritable vision stratégique qui s’inscrit dans la durée et qui réunit les aspects sportifs, techniques et économiques. Tout le monde a hâte de commencer à travailler. Ce n’est que le début d’une aventure dont nous avions rêvé et qui est aujourd’hui réalité. »

« Bravo aux équipes de l’ACO et de l’IMSA pour la mise en place de cette plateforme globale qui est synonyme d’un instant rare dans l’histoire de notre discipline : une même voiture aura la possibilité de se battre pour la victoire aux 24 Heures du Mans (WEC), aux 24 Heures de Daytona et aux 12 Heures de Sebring (IMSA WeatherTech SportsCar Championship) ! » commente David Floury. « L’ensemble est passionnant : au niveau sportif avec le champ des possibles qu’offrent les nombreuses courses et championnats, d’un point de vue technique avec l’intégration de l’hybride, sur le plan financier avec la réduction des coûts, et au niveau de l’image même à travers le look de ces voitures. Nous activons dès aujourd’hui le mode projet avec la volonté de capitaliser sur l’expérience d’ORECA en LMP1, LMP2 et LMDh. »