Au moment de conclure son 14e Trophée Andros, nouvellement baptisé e-Trophée Andros, en février dernier, Olivier Pernaut ne s’attendait pas à être contraint de patienter si longtemps avant de reprendre le volant d’une voiture de course.

Comme bon nombre de pilotes, le champion de France FFSA GT 2015 ronge son frein. Nous avons fait le point avec lui qui possède la double casquette de pilote et de team manager de l’écurie Orhès Racing. Cette première partie de l’interview est consacrée au pilote.

Pour commencer, comment vas-tu ? Piloter ne te manque pas trop après six semaines de confinement ?

« Tout va bien. Bien sûr que ça me manque puisque c’est ma passion. » nous a confié Olivier Pernaut. « Bien évidemment, on aurait préféré avoir une année normale et que cela ne se passe pas comme. J’espère me tromper, mais je pense qu’on n’est pas sortis de l’auberge. On avait l’impression que le mois de mai était loin, pareil pour le mois de juin, mais on y est et on manque toujours de visibilité. Cela me permet toutefois de profiter à fond de mes enfants, ce qui n’arrive que très rarement en temps normal. »

Olivier Pernaut : "on est toujours dans les starting-blocks"

© Jérôme Contou

On devait donc le retrouver sur les circuits, notamment au volant d’une Ligier JS2 R d’Orhès Racing en Ligier JS Cup France, accompagné par Nicolas Prost et Ronald Basso.

« Côté JS2 R avec Ronald et Nico, on est toujours dans les starting-blocks et on attend que ça démarre. Faire une saison complète sur quelques mois, ça parait compliqué, mais on sera heureux de pouvoir faire quelques courses en JS Cup. Les calendriers sont chamboulés et j’espère que Ronald et Nico, tout comme moi, seront disponibles. L’arrivée du Tour Auto (le 5 septembre) pendant que je suis censé être en JS Cup au Castellet … Cela va être compliqué de faire les deux dans la même journée. »

Olivier Pernaut arpentera les routes de l’Hexagone dans le cadre du Tour Auto Optic 2000 du 31 août au 5 septembre.

« J’ai hâte d’y être. J’ai fait une année avec mon papa, une année avec Margot Laffite et Gerry Blyenberg, et enfin avec Margot et Bruno Solo l’an passé. Comme l’année dernière, je piloterai une Alfa Romeo 1750 GTAM, préparée par Espace Century, accompagné cette fois-ci de bout en bout par Jean-Pierre Gagick. »

Olivier Pernaut : "on est toujours dans les starting-blocks"

En attendant de pouvoir limer le bitume, il s’est offert un nouveau simulateur personnel.

« Je me suis fait une petite config sympa avec volant Fanatec, châssis JCL et l’écran qui va bien. On a créé un serveur sur Assetto Corsa et on se fait quelques parties avec les amis et clients. Cela permet de garder le lien avec eux. »

Dans la deuxième partie de l’interview, nous ferons un point complet sur les activités et les programmes qui attendent Orhès Racing.