© Jake Galstad – LAT Images

L’IMSA  a dévoilé hier les règles qui seront mises en place pour les débuts de la nouvelle catégorie GTD Pro, qui remplacera la catégorie GTLM dès 2022.

Après plusieurs réunions de groupes de travail techniques avec tous les constructeurs intéressés et Michelin, le partenaire pneumatique officiel en IMSA, les organisateurs ont annoncé, comme attendu, que les voitures utilisées en GTD Pro seront les modèles de la catégorie FIA-GT3, comme dans la catégorie GTD actuelle, qui deviendra GTD Pro-Am en 2022.

Les deux classes utiliseront en 2022 le pneu à spécification unique Michelin S9M, actuellement utilisé cette année dans la classe GTD. L’IMSA et Michelin annonceront une solution à plus long terme pour 2023 et au-delà ultérieurement.

Les catégories GTD PRO et GTD utiliseront le même processus d’équilibre des performances (BoP), basé sur les données, qui est une mise à jour du processus actuellement utilisé en IMSA. Comme le GTD Pro est destiné aux équipes et aux pilotes soutenus par un constructeur, les niveaux de performance sur piste atteints par la classe GTD Pro devraient dépasser ceux de la classe GTD. Pour cette raison, la BoP de chaque classe sera géré indépendamment.

© Jake Galstad – LAT Images

Du coté du règlement sportif, le GTD Pro adoptera le Règlement Sportif GTLM en vigueur sur les classements des pilotes, les qualifications, le placement sur la grille et les procédures de course. Les voitures GTD Pro utiliseront des panneaux numériques rouges et des LED indicatrices de position. Elle devront prendre le départ de la course avec des pneus de qualification ou subir une pénalité, contrairement aux GTLM, qui permettaient aux équipes d’utiliser n’importe quel pneu de leur allocation sans pénalité.

La catégorie GTD (Pro-Am) restera tel qu’elle est aujourd’hui avec les mêmes exigences pour les pilotes classés Bronze ou Argent qui devront être inclus dans l’équipage. Le nouveau format de qualification qui nécessite un pilote classé Bronze ou Argent pour définir la position de départ de l’équipe suivie par un changement de pilote obligatoire et une seconde séance qualificative pour gagner des points qualificatifs, reste en vigueur la saison prochaine.

La nouvelle classe pour 2022 utilisera les mêmes limitations de test que la classe GTLM existante, ce qui permet huit jours d’essais dans l’année. La classe GTD continuera d’être limitée à quatre jours, bien que les pilotes Bronze puissent avoir des jours d’essai sans restriction avec l’approbation de l’IMSA. Les essais en soufflerie et en ligne droite sont interdits en GTD.