Pour la première fois dans l’histoire du Championnat du Monde d’Endurance de la FIA, les 24 Heures du Mans marqueront la finale de la Super Saison 2018/19. Pour ces concurrents, les enjeux sont donc multiples puisque gagner les 24 Heures du Mans reste l’objectif de chacune d’entre-elles mais elles ont aussi les différents titres mondiaux en ligne de mire.

Avant de faire un point sur les différents championnats, il convient de rappeler qu’uniquement les 34 équipages engagés à l’année en FIA WEC marquent des points. Ainsi une voiture qui termine deuxième dans sa catégorie, derrière une voiture qui n’est pas engagée à l’année, marque les points de la victoire au championnat. C’est également le cas pour le point de la pole position.

Deux premiers titres ont été remportés à Spa. Toyota Gazoo Racing a remporté celui du Championnat du Monde d’Endurance LMP1, qui n’est pas un titre constructeur, et Porsche a remporté le titre mondial des constructeurs GTE, succédant à Ferrari.

Ceci étant dit, il reste toutefois plusieurs titres à jouer. Commençons par celui des pilotes LMP où Sébastien Buemi, Fernando Alonso et Kazuki Nakajima sont largement en tête. Nous avons fait le calcul dans un précédent article dans lequel nous faisions état de la faible probabilité qu’a l’équipage de la Toyota #7 de décrocher ce titre. Il faudrait en effet que Kamui Kobayashi, José Maria Lopez et Mike Conway l’emportent et que la #8 abandonne ou terminent huitièmes et derniers de la catégorie reine.

Les titres du FIA WEC qui se joueront aux 24 Heures du Mans

© Joao Filipe/AdrenalMedia.com

La catégorie LMP2 est la plus disputée avec encore quatre équipes capables de jouer Trophée LMP2 du Championnat du Monde d’Endurance. Trois d’entre elles se tiennent en cinq points : Signatech Alpine Matmut (143 points) et Jackie Chan DC Racing avec ses deux équipages de la #38 (139) et #37 (138). Avec ses 117 points, DragonSpeed concède 26 points mais rappelons que 39 points seront distribués dans la Sarthe.

Au championnat des pilotes LMP2, la hiérarchie est similaire à l’exception de l’équipage de la #37 qui a été remanié. On retrouve donc les pilotes de la #36, André Negrão, Nicolas Lapierre et Pierre Thiriet en tête. Gabriel Aubry, Ho-Pin Tung et Stéphane Richelmi sont deuxièmes avec 139 points. Pastor Maldonado et Roberto Gonzales, après leur victoire à Spa avec l’Oreca #31/DragonSpeed, se classent troisième en totalisant 117 unités.

Les titres du FIA WEC qui se joueront aux 24 Heures du Mans

© Frederic Le Floc’h / DPPI

Comme dit précédemment, le titre des constructeurs GTE a été remporté par Porsche. En revanche, pour le titre mondial des pilotes sera décerné au Mans. Comme en LMP1 avec Toyota, c’est une lutte interne qui fera rage chez Porsche. Là encore, il faudra une défaillance des leaders pour que leurs dauphins l’emportent. 36 points séparent Kevin Estre et Michael Christensen de Gianmaria Bruni et Richard Lietz. Les pilotes de la Ferrari #51, Alessandro Pier Guidi et James Calado sont d’ores et déjà exclus de cette lute en concédant 41,5 points.

Les titres du FIA WEC qui se joueront aux 24 Heures du Mans

© Frederic Le Floc’h / DPPI

Moins serrée, la catégorie LMGTE ne sera pas moins disputée. Mathématiquement, cinq équipes sont toujours en lice. La tendance aurait été différente sans la pénalité infligée au Dempsey – Proton Racing qui a vu ses deux voitures perdent les points accumulés dans la première partie du championnat. Malgré cela, l’équipage de la #77 s’est imposé lors des trois dernières courses et occupe le quatrième rang avec 83 points, soit 30 longueurs de retard. C’est Team Project 1 qui arrivera au Mans avec les commandes du championnat grâce à un contingent de 113 unités, soit 23 points d’avance sur Spirit of Race et 26 sur TF Sport.

Le classement des pilotes LMGTE Am correspond à celui des équipes. Edigio Perfetti, Jörg Bergmeister et Patrick Lindsey, qui composent l’équipage de la Porsche #56/Team Project 1, mènent donc largement mais devront être sur leur garde car en cas d’erreur, les pilotes de la Ferrari #54/Spirit Of Race, Francesco Castellacci, Thomas Flohr et Giancarlo Fisichella sont en embuscade et ont toutes leurs chances, comme l’équipage de l’Aston Martin Vantage #90/TF Sport, constitué de Charles Eastwood et Salih Yoluc.