• Amputé des deux jambes, Billy Monger a remporté l’édition 2018 du Grand Prix de Pau au volant de la Dallara F317 #31/Carlin. Un parcours qui force le respect …

    Le débrief du Championnat de France FFSA GT dans les rues de Pau

    © Fodil Chibi

    © Fodil Chibi

  • En arrivant ce week-end, la reconduction du Grand Prix de Pau l’année prochaine était très incertaine. C’est en tout cas les bruits que nous avons entendus ici et là dans le paddock. Pas d’inquiétude à avoir finalement puisque la 79e édition est déjà programmée. La formule retenue sera communiquée dans les prochaines semaines. Pour assurer la pérennité du GP, des économies devront être faites. Le coût de l’événement est très majoritairement supporté par la collectivité.
  • Les accrochages ont été nombreux ce week-end, notamment en FFSA GT. Plusieurs équipes nous ont fait état de cette excitation en piste, déjà observée à Nogaro.
  • Le départ de la première course, samedi, n’a pas été facile à gérer pour les équipes. Quelques gouttes tombaient lors de la pré grille. Certaines équipes ont eu le nez fin en anticipant l’arrivée de la pluie. Six voitures sont en effet parties chaussées de pneus pluie. La piste a été déclarée « WET » environ six, sept minutes avant le départ. Certains team managers nous ont indiqué qu’il aurait été judicieux de recommencer au panneau 10 minutes d’autant. Le règlement le prévoit lorsqu’il commence à pleuvoir entre le panneau 5 minutes et le départ.
  • Toujours en course 1, la voiture de sécurité est restée longtemps en piste alors que les interventions sur la piste étaient terminées. Haezebrouck, au volant de l’Alpine A110 #616/Mirage Racing, n’a pas rejoint le groupe qui suivait la voiture de sécurité. Il roulait à 80 km/h, bloquant les autres voitures qui le suivaient et qui n’avaient pas d’autre choix que de patienter. Tout le monde attendait donc que le pilote fasse la jonction … L’équipe lui avait pourtant passé le message à la radio. Il a été disqualifié de la course.
  • Les mécaniciens d’AKKA-ASP ont eu beaucoup de travail ce week-end. Il y a eu beaucoup de casse et la nuit a été courte pour eux samedi. Ils ont en effet travaillé entre 2h et 7h du matin. Les dégâts étaient trop importants pour que la Mercedes-AMG #87 de Jim Pla et Jean-Luc Beaubelique .
  • Un hommage a été rendu aux pilotes qui ont marqué l’épreuve paloise. Des autocollants avec le nom d’un pilote et son palmarès ont été distribués aux équipes afin qu’elles les collent sur leur voiture.
  • On ignore ce qui s’est passé entre jeudi soir et vendredi matin, mais plusieurs structures, au milieu du paddock, en face de la salle de presse, ont été endommagés dans le paddock.
  • La deuxième course a été marquée par un gros accrochage au départ. Théo Nouet était aux premières loges. Le pilote de l’Audi R8 LMS #48/Orhès Racing a eu très chaud mais a réussi à s’extirper sans endommager l’auto. Malheureusement pour le jeune homme et son coéquipier Olivier Pernaut, ils ont été contraints à l’abandon.
  • Le format des qualifications a globalement été bien apprécié par les équipes. La lecture de la séance fut compliquée en salle de presse avec quelques confusions dans les articles post qualifs.
  • Edouard Cauhaupé a connu un week-end chargé puisqu’il cumulait FFSA GT (CD Sport) et Funyo (Pole Position 81). Nous consacrerons un sujet complet sur le jeune homme dans les prochains jours.
  • Full Motorsport fait partie des nouvelles venues dans le championnat cette saison. Son team manager, Vincent Saphores a de grandes ambitions pour l’avenir. Là aussi, nous y reviendrons plus en détails dans les prochains jours.