Le débrief des 4 Heures de Silverstone (WEC)

© Toyota

Le Championnat du Monde d’Endurance de la FIA a fait sa rentrée le week-end dernier à Silverstone.

  • Pour la première fois depuis 2012, des courses de quatre heures sont au calendrier 2019/20.
  • Le tracé de Silverstone a été resurfacée pour la deuxième fois en deux ans. Il l’avait déjà été avant les 6 Heures de Silverstone 2018.
  • Deux courses de 4 Heures ont été disputées à Silverstone avec celle de l’ELMS.
  • 18 pilotes devaient disputer les deux courses mais 17 ont participé : Ben Hanley, Phil Hanson, Filipe Albuquerque, Job van Uitert, Anders Fjordbach, Pierre Ragues, Will Stevens, Nicolas Lapierre, Antonin Borga, Alessandro Pier Guidi, Matteo Cairoli, Christian Ried, Nicklas Nielsen, Thomas Preining, Gianluca Giraudi et Ricardo Sanchez.
    Alexandre Coigny s’est blessé lors de la course ELMS samedi et a été contraint de rester dans le garage mais a célébré la victoire de ses coéquipiers Nicolas Lapierre et Antonin Borga.
  • Suite à un tête-à-queue dans la deuxième séance d’essais libres, la monocoque de la Toyota TS050 Hybrid #7 a été changée dans la soirée.
  • Le lendemain, Kamui Kobayashi et Mike Conway ont été les plus rapides des qualifications en 1:35.992 et 1:36.038.
  • Si la Rebellion R13 #1 était très proche avec 545 millièmes concédés, le temps idéal de cette voiture était encore plus proche. Si on met bout à bout le meilleur secteur 1 de Bruno Senna (29.665) et les meilleurs deuxième (39.584) et troisième (29.776) secteurs de Gustavo Menezes, le temps idéal est d’1:36.025 contre 1:35.933 pour la Toyota #7.
  • Les records de chaque catégorie ont été battus en qualifications ainsi qu’en course. Les nouvelles référence chronométriques en course sont :

LMP1 : 1:37.289 (Mike Conway, Toyota #7)

LMP2 : 1:43.404 (Giedo van der Garde, Oreca #29/Racing Team Nederland)

LMGTE Pro : 1:55.762 (Davide Rigon, Ferrari #71/AF Corse)

LMGTE Am : 1:56.520 (Charles Eastwood, Aston Martin #90/TF Sport)

  • Propulsées par un moteur AER, les Ginetta G60-LT-P1 ont été les plus rapides, flashées toutes les deux à 296,7 km/h dans Hangar Straight.
  • De nombreuses pénalités ont été infligées durant la course, soit pour des infractions sous FCY et SC. Des drive through ont notamment été infligés à six voitures pour dépassement sous SC dont l’Oreca #42/Cool Racing, la Ferrari #51/AF Corse, l’Aston Martin #98/AMR, avant d’être finalement annulés. Les voitures avaient toutefois purgé leur pénalité et dans le cas des deux dernières nommées, cela leur a coûté très cher.
  • La course n’avait pas commencé de la meilleure façon pour Ferrari avec une crevaison dans la première demi-heure, touchant la #51. La voiture sœur #71, bien placée aux avant-postes, Miguel Molina est percuté par la Ginetta #6 d’Oliver Jarvis. Ce dernier a été mis en cause, perd trois points de pénalité et écope d’un drive through suspensif pour les trois prochaines courses.
  • Romain, l’un des mécaniciens de Rebellion Racing, a été légèrement blessé à un pied lors d’un arrêt au stand de la #1.
  • On ne devrait pas revoir la Rebellion #3 en piste avant les 6 Heures de Spa, comme cela était initialement annoncé.

    Le débrief des 4 Heures de Silverstone (WEC)

    © Antonin Vincent / DPPI

  • En remportant la course, Mike Conway, Kamui Kobayashi et José Maria Lopez ont pu soulever le Tourist Trophy. C’est le plus vieux trophée du sport automobile puisqu’il n’a pas moins de 113 ans. C’est la troisième victoire de Toyota après 2014 et 2017.
  • Ce n’est que la deuxième fois que Porsche s’impose en LMGTE Pro à Silverstone. La dernière victoire remonte à 2014.
  • En montant sur la deuxième marche du podium, Thomas Laurent, André Negrão et Pierre Ragues offrent un neuvième podium consécutif en WEC à Signatech Alpine.
  • L’ensemble du paddock de Silverstone a été choqué par le tragique décès du pilote Anthoine Hubert, samedi. Un hommage unanime lui a été rendu et une minute de silence a été observée dimanche, quelques minutes avant le départ de la course. Voici quelques-uns des très nombreux messages :

Gérard Neveu (Directeur Général du WEC) : « A la suite de la terrible nouvelle depuis Spa-Francorchamps aujourd’hui, au nom de tout le paddock du WEC et de tous ceux qui roulent ce week-end à Silverstone, nous adressons nos sincères condoléances à la famille et aux amis d’Anthoine Hubert, ainsi qu’à toute la communauté de la Formule 2. »

Pierre Ragues (Signatech Alpine) : « En tant que Français dans une équipe française, il était difficile de ne pas penser à Anthoine Hubert aujourd’hui et nous nousdevions de tout donner pour lui faire honneur. »

Pierre Alves (manager Michelin en Endurance) : « L’ensemble des équipes de Michelin Motorsport a particulièrement été touché par la disparition d’Anthoine Hubert, qui participait au développement de nos pneumatiques compétition. Nous nous joignons à la peine de ses proches. »