La crise sanitaire, sur le devant de la scène depuis de nombreux mois, ne doit pas éluder les conséquences économiques qui se font ressentir peu à peu. Pour tous les organisateurs d’événements, dont l’Automobile Club de l’Ouest, dire que la saison 2020 n’est évidemment pas bonne sur le plan financier et un euphémisme. Face à ces difficultés inéluctables, l’ACO a présenté un plan visant à assurer la pérennité du club.

Parmi elles, sont en discussions avec les élus et syndicats des réductions de budget, des reports de projets, une diminution de la masse salariale, tout comme une politique incitative aux départs volontaires passant par un accord de rupture conventionnelle collective, tout cela afin de garantir la survie des activités de l’ACO dans les deux années à venir, avec un contexte toujours dépendant de l’évolution des crises sanitaires et économiques.

« Dans cette situation inédite, l’ACO se veut exemplaire dans le dialogue et la négociation avec les partenaires sociaux et s’engage à accompagner ses équipes de la meilleure des manières. » précise le communiqué de presse.

Pierre Fillon, président de l’Automobile Club de l’Ouest : « Cette année 2020 a été particulièrement délicate pour l’ACO, confronté comme nombre d’acteurs du monde sportif et de l’événementiel, aux crises sanitaire et économique découlant de la pandémie de Covid-19. Nous avons l’immense fierté, grâce à la mobilisation exceptionnelle de toutes les équipes, d’avoir pu organiser les 24 Heures Motos, les 24 Heures du Mans ou encore récemment le Grand Prix de France Moto, mais il faut être réaliste, nous avons enregistré des résultats économiques en baisse. Pour préparer 2021, qui ne se déroulera pas selon les critères habituels, tant en nombre d’événements sur site qu’en terme d’accueil de spectateurs, il nous faut prendre certaines décisions indispensables pour protéger nos activités. Des mesures d’économies ont donc été présentées. Parmi les décisions envisagées et actuellement en discussion: des reports de projets, une baisse de la masse salariale comprenant un accord de rupture conventionnelle collective qui fera l’objet de négociations avec les partenaires sociaux. Ces éléments concrets sont effectués en accord avec les valeurs de l’ACO, au sein d’une équipe soudée prête à relever ces defis inédits. »