Jean-Eric Vergne (G-Drive Racing) : "Nous arrivons ici avec beaucoup d’humilité"

© Jakob Ebrey Photography

Jean-Eric Vergne a découvert l’endurance et les 24 Heures du Mans en 2017. Il disputera la classique mancelle pour la troisième année consécutive, la deuxième avec G-Drive Racing. Le français évolue au volant de l’Aurus 01 #26 aux côtés Roman Rusinov et Job van Uitert.

Comment abordez-vous les 24H cette année après une édition marquée par votre disqualification au lendemain de la course ?

« Avec confiance car nous avons une très bonne voiture, un très bon équipage et nous avons comme objectif de gagner la course pendant plus de 24 heures cette fois. » nous a confié Jean-Eric Vergne. « Nous arrivons ici avec beaucoup d’humilité aussi car je pense que c’est l’une des choses les plus importantes au Mans. C’est la course la plus difficile au monde et une erreur est vite arrivée. Il faut qu’on se concentre sur le travail que nous avons à faire, sans commettre d’erreur. »

Sixième à près de deux secondes du meilleur temps, tout ne s’est pas très bien passé lors de la Journée Test …

« J’ai eu énormément de mal durant la Journée Test. Nous avons trouvé une pièce qui avait cassé (au niveau de l’aileron arrière) et nous n’avons trouvé cela que le lendemain. Nous étions rapides mais sans aucun confort et je n’arrivais pas à conduire la voiture. J’ai coupé les chicanes plusieurs fois, c’était très compliqué. Le message de mon ingénieur m’indiquant qu’il avait trouvé le problème m’a beaucoup rassuré. »

Si l’opportunité se présentait en LMP2, voire LMP1 privées, seriez-vous intéressés par une saison complète en FIA WEC ?

« Non, je trouve qu’il n’y a pas assez de voitures et le championnat est trop long. J’adorerais le faire en catégorie reine mais pour l’instant il n’y a aucune règle. Arriver sur un week-end en sachant que vous ne pourrez pas gagner, je ne vois pas l’intérêt. Même du point de vue des équipes, je trouve cela courageux de mettre autant d’argent dans des programmes comme cela. J’espère vraiment que l’ACO va réussir à changer les règles, pour qu’il y ait plus de voitures, avec plus ou moins les mêmes performances et qu’il y ait une vraie guerre. Tout le monde l’espère. »

Vous vous plaisez en European Le Mans Series ?

« J’adore l’ELMS. Il y a un niveau de dingue avec énormément de voitures, notamment des LMP2. Je préfère l’ELMS au WEC actuellement. Faire la course à six voitures ce n’est pas pareil que de la faire avec plus de vingt. Ça coule de source ! »

Jean-Eric Vergne est le champion en titre de la Formula E et actuel leader du championnat. Ces monoplaces sont moins puissantes que ce qu’il a connu auparavant mais cela ne l’empêche pas pour autant d’apprécier la discipline.

« Nous sommes contents qu’elles ne soient pas plus performantes vu la faible longueur des circuits. On se fait plus peur dans un tour qualif en FE qu’en F1. Ce qui est génial c’est que tout le monde a les mêmes voitures, huit équipes différentes ont gagné des courses cette saison et je trouve ça génial avec un niveau très relevé. »