Gabriel Aubry : "je suis content de ce que j’ai cette année"

© MPS Agency / Panis Racing

On ne s’attendait pas à le voir à Barcelone ce week-end, mais Gabriel Aubry dispute bel et bien les 4 Heures de Barcelone puisqu’il a été appelé en renfort chez Panis Racing, pour remplacer James Allen, positif à la Covid-19.

« J’ai eu un appel de Sarah (Abadie, team manager. Ndlr) dans la nuit de mercredi à jeudi, » nous confie Gabriel Aubry. « Je pense que cela se reproduira cette année d’autant que les tests sont démocratisés. Il faut se tenir prêt pour tous les championnats. »

Le jeune français a vécu ce genre de situation, à ses dépens, l’an dernier …

« J’ai connu ça de l’autre côté et pour savoir ce que cela fait, je sais à quel point c’est dur mentalement et tu ne souhaites vraiment ça à personne. Voir les autres rouler alors que tu devrais y être, c’est vraiment difficile. C’est pour cela qu’il faut que nous prenions le plus de précautions possibles en voyageant, et dans la vie de tous les jours pour éviter ce genre de situation pendant le championnat. »

Gabriel Aubry retrouve une structure qu’il connaît bien, ce qui a grandement facilité son arrivée.

« Tout s’est fait très rapidement, en quelques minutes, avec une grande simplicité puisque je connais l’équipe depuis 2016 et c’est comme une famille pour moi. Je connais également très bien Will (Stevens) qui a été mon coéquipier en FIA WEC, dont la confiance mutuelle est totale. »

 

Gabriel Aubry : "je suis content de ce que j’ai cette année"

© JEP / ELMS

L’un des sujets récurrents dans le paddock est celui de la révision du niveau de performance des LMP2.

« Tout ça se fait un peu tardivement, sans avoir le temps de faire des tests. Je pense qu’il aurait fallu une plus grande coordination avec toutes les équipes, un peu plus tôt. Le trafic est légèrement différent de l’année dernière puisque les LMP3 sont presque aussi rapides que nous dans les virages. Nous gardons un peu plus de vitesse donc elles ne sont pas dérangeantes. On peut toujours doubler les LMGTE, on verra ce que cela donne avec les LMGTE Pro en WEC car le trafic est un peu différent. »

Alors qu’on a pu entendre quelques critiques concernant les pneumatiques, Gabriel Aubry nous livre son avis.

« Je suis étonnement content des pneumatiques que j’ai pu avoir vendredi matin, malgré ce dont j’avais entendu de négatif. Il y a eu une évolution entre les pneus en tests et ce que nous avons aujourd’hui. Cela ressemble un peu à ce qu’on avait en 2018. Ce n’est pas une surprise pour moi, j’en suis plutôt content, mais on verra dimanche après un double relais. »

 

Gabriel Aubry : "je suis content de ce que j’ai cette année"

© 2021 Jake Galstad / LAT Images

A défaut d’un programme complet en ELMS ou en FIA WEC, le jeune homme peut se réjouir d’un programme en IMSA WeatherTech SportsCar Championship, chez Tower Motorsport, en LMP2.

« Le programme en IMSA est une très bonne chose notamment avec l’arrivée prochaine des LMDh où les constructeurs sont de plus en plus nombreux à s’engager. Je n’ai pas de programme complet en ELMS, mais j’ai d’autres choses en préparation, en proto, qui seront annoncées bientôt. Je ne cours pas après de nouveaux contrats, je suis content de ce que j’ai cette année. Je suis toujours prêt pour toutes les occasions, que ce soit en FIA WEC, en ELMS ou en IMSA, surtout sur les prototypes et les Oreca 07 que je commence à bien connaître. »

Assuré de son programme pour cette année, Gabriel Aubry a de quoi être confiant et pense bien sûr à l’avenir.

« J’ai maintenant la chance de pouvoir me concentrer sur le pilotage et ne pas me demander sans arrêt ce que je vais faire cette année. Il y a deux mois, j’étais très inquiet car je n’avais rien et j’avais vraiment peur. La transition de Silver à Gold n’est pas simple. Il faut réussir à survivre dans ce moment un peu creux du sport auto, mais on sait qu’il y a un bel avenir en endurance et en proto. Il faut donc rester en proto ces deux prochaines années pour avoir une chance d’en faire partie. »