Florent Patinote a suivi la session 2009/2010 de Performance Engineering, la spécialisation pour ingénieurs de l’École de la Performance. Championnat de France GT, VdeV, LMP2, Maserati Trofeo, F1 historiques, Blancpain, Trophée Andros, Porsche Cup, et Formula E, ces 10 saisons ont été bien remplies. Il nous dit en quoi il le doit à l’École de la Performance.

Vous avez rejoint l’École de la Performance en 2009. Quel était votre projet à l’époque ?

J’avais orienté tout mon cursus scolaire sur l’électronique, et le sport auto a toujours été ma passion. Ça faisait 2 ans que je travaillais chez Rotronics, les bancs moteur. Alors quand j’ai appris que l’École de la PERFORMANCE proposait une formation compétition pour les ingénieurs, j’ai foncé !! La session 2009/2010 était la 2ème année d’existence de Performance Engineering, la spécialisation pour ingénieurs.

Après l’École, quel a été votre parcours dans le sport auto ?

J’ai d’abord fait mon stage au Luxury Racing sur Ferrari 430 GT3, en Championnat de France et en GT Open. Mais le team a fermé en milieu de saison, alors j’ai poursuivi avec le Gulf Racing de Fabien Giroix. Nous étions deux à l’atelier, du coup j’étais un peu le responsable du site. On a fait le Championnat de France GT3 avec une Lamborghini Gallardo, et les 24 Heures de Spa. Puis on a modifié la voiture en GT2 pour faire les 2 dernières manches de l’ILMC.

A la fin de mon stage, je me suis mis en freelance. En 2011, on a fait le Blancpain et à nouveau les 24 Heures de Spa. Et quelques manches du VdeV, toujours avec la Lambo. Puis on a préparé l’arrivée du Gulf Racing en LMP2 la saison suivante, avec une Lola. Et on faisait le championnat UAE en GT. On était aussi support technique du Maserati Trofeo Middle East, j’avais 16 voitures à suivre. Au Moyen Orient, la saison se déroule de septembre à février, du coup ça faisait des années bien remplies…

Nous avons fait la saison WEC 2012 en LMP2. Mais Lola a arrêté, et sans support ça n’a pas été facile. L’année suivante, je me suis occupé du redémarrage et du suivi des F1 historiques de Frédéric Fatien, un collectionneur. Ça se passait d’abord dans les ateliers Courage Classic. Et à partir de 2014, Frédéric Fatien m’a confié la création et la mise en place de son atelier F1 historiques.

Puis vous revenez à la course moderne…

Tout à fait oui. J’ai fait le Blancpain avec le Sainteloc Racing en 2016. En Endurance et en Sprint, avec une Audi R8 GT3. J’étais ingénieur de la voiture, je m’occupais du set-up, du dialogue avec les pilotes, et de la stratégie de course. Et l’hiver j’ai fait quelques manches du Trophée Andros, toujours pour Sainteloc. C’est radicalement différent, mais c’est super intéressant, avec des conditions très évolutives d’une manche à l’autre.

L’année suivante j’ai fait la Porsche Cup avec Vincent Beltoise, ainsi que le Challenge Ferrari avec l’équipe Charles Pozzi-Courage. Plus les 24 Heures de Spa avec Sainteloc. En F1 historiques, j’ai eu une demande pour redémarrer une Prost AP01 de 1998, et un autre client qui souhaitait convertir une Simtek de 1995 en palettes au volant. Ce sont des travaux très ciblés et très intéressants. Mais qu’il faut gérer étape par étape car ce sont des mécaniques et des technologies particulièrement délicates.

Et fin 2017, j’ai été contacté par Dams pour faire de la Formule E. La saison est décalée, ce qui fait que j’ai attaqué directement après la Porsche Cup, pour 2 saisons pleines en Formule E. Du fait de ma double compétence électronique et châssis, j’avais en charge tout ce qui est gestion système, et en particulier les demandes d’évolutions du système embarqué. Evidemment, ça collait encore davantage à ce que je souhaitais faire.

Et quelle est votre actualité ? 

Là je viens de finir la deuxième saison Formule E, et j’ai décidé de lever un peu le pied du fait de l’arrivée d’une petite fille. Mais ça ne m’a pas empêché de faire les 24 Heures de Spa avec Sainteloc le week-end dernier ! On m’a fait la proposition et j’ai foncé, c’était ma 5ème participation et l’épreuve est vraiment très intéressante. J’étais en support de l’ingénieur de piste. Et pour la saison prochaine, je vais faire du GT4 France.

Que vous a apporté l’École de la Performance ? 

Pour moi qui avais commencé à travailler, l’École a été une très belle opportunité de réorientation. D’abord, ça m’a permis d’acquérir des compétences de bases très solides. Je pense en particulier à tout ce qui est datas, châssis, pneu, … La formation est théorique mais maintenant aussi très pratique. Et ça, c’est vraiment un gros plus. Quand on est spectateur des courses comme moi au départ, on ne réalise pas tout ce qu’il faut apprendre pour être performant dans ce milieu. Mais en quittant l’École de la Performance, on a vraiment tous les outils et les connaissances qu’il faut impérativement avoir pour travailler dans la compétition.

Comment analysez-vous ces dix premières années en sport auto ?  

Je pense pouvoir dire que c’est une belle progression professionnelle. Et puis finir par la Formule E, qui est pour moi très proche techniquement de la F1, c’est le top. Le problème de la F1, c’est qu’on devient spécialiste d’un domaine vu la taille des équipes. Mais moi, c’est plutôt la globalité de la voiture qui m’intéresse.
Par contre, il faut être conscient que la compétition, c’est vraiment une grosse masse de travail, et beaucoup de temps passé. Avec pas mal d’absences de chez soi. Mais j’ai vraiment la chance de faire un métier passion, et je le conseille à tout le monde. Pour ça, l’École de la Performance donne vraiment des bases solides. C’est un très bon ticket d’entrée dans les sports mécaniques, notamment avec le stage. Sans ça, c’est très difficile d’y entrer. Et ensuite ça ouvre vraiment des portes de d’avoir fait, car l’École est très cotée dans le milieu.

Tous les détails sur la spécialisation Performance Engineering dédiée à tous les ingénieurs.

Prochaine session : du 14 octobre 2019 au 18 septembre 2020.
Dates de sélection : 30 août 6, 13 et 27 septembre.
Fiche tarifaire et dossier de candidature.
Plus d’infos sur contact@ecoleperformance.com ou au 05 62 08 88 83