FIA WEC : le débrief des 4 Heures de Shanghai 2019

© Joao Filipe / AdrenalMedia.com

La troisième manche de la saison 2019/20 du FIA WEC, les 4 Heures de Shanghai, s’est tenue dimanche dernier. Retour sur le week-end chinois avec quelques informations et statistiques…

  • Plusieurs pilotes ont connu quelques problèmes de Visa à l’heure arrivée. Ce fut le cas de Miguel Molina qui est arrivé en retard pour le briefing.
  • Pour la première fois depuis le 14 septembre 2017, dans le cadre des 6 Heures du Circuit des Amériques, une Toyota TS050 Hybrid n’a pas mené une séance d’essais libres du vendredi. En effet, la Rebellion R13 #1 a mené les essais libres 1 tandis que la Ginetta G60-LT-P1 #6 a terminé la deuxième en tête.
  • Gustavo Menezes et Bruno Senna, avec une moyenne en 1:45.892, ont offert la première pole position à Rebellion Racing. C’était la toute première pole d’une équipe privée et la première d’une voiture non-hybride depuis Sebring 2012.
  • Porsche GT Team est la première équipe à signer sa deuxième pole position consécutive après AF Corse, en 2017, au Mexique puis au Etats-Unis.
  • Cool Racing a signé sa première pole sur la scène internationale, en LMP2. L’Oreca 07 #42 est la sixième voiture différente à s’être élancé en pole de la catégorie depuis Sebring 2019.

    FIA WEC : le débrief des 4 Heures de Shanghai 2019

    © Toyota

  • Le départ était confus. Malgré le passage des feus au vert, Norman Nato a tardé avant d’accélérer et ses poursuivants ne l’ont pas attendu. Ainsi les deux Ginetta et la Toyota #7 ont dépassé la Rebellion #1 avant la ligne de départ. Il a fallu attendre une heure après le départ pour que la direction de course annonce que ces voitures ont écopé d’un drive through pour avoir dépassé avant la ligne. Ce que dit le règlement sportif (article 11.2.1) :

« le signal de départ sera donné par l’extinction des feux rouges. Toutes les voitures garderont leur position jusqu’au passage de la ligne de départ. »

  • Le premier tour a été délicat pour Norman Nato qui a connu des problèmes de températures avec ses pneus.
  • Norman Nato, Gustavo Menezes et Bruno Senna se sont imposés au terme de 125 tours. Ils ont bouclé 81 tours, soit près de 65% de la course, avec 1 minutes et 7 secondes d’avance.

    FIA WEC : le débrief des 4 Heures de Shanghai 2019

    © Rebellion Racing

     

  • Cette victoire du Rebellion Racing est la quatrième d’un prototype non-hybride depuis les débuts du FIA WEC.
  • Bruno Senna a lui aussi décroché sa première victoire en LMP1. Le brésilien est le premier pilote à avoir remporté chaque catégorie. 2 victoires en LMGTE Pro (Silverstone et COTA en 2013), 2 victoires en LMGTE Am (Fuji et Shanghai en 2013), 6 victoires en LMP2 (Silverstone et Mexico en 2016 ; Mexico, Fuji, Shanghai et Bahreïn en 2017).
  • On a également pu assister à des scènes de joies toujours agréables à voir, notamment l’émotion de Hugues de Chaunac :
  • Goodyear a remporté sa première course en FIA WEC, grâce à la victoire de l’équipage de l’Oreca 07 #38. C’est la quatrième de JOTA.

    FIA WEC : le débrief des 4 Heures de Shanghai 2019

    © Ferrari

     

  • Ferrari détenait son premier et unique succès à Shanghai depuis 2012. Cependant, la disqualification de la 488 GTE #51 a eu raison de ce succès et le constructeur italien demeure vaincu en Chine.
  • Comme on s’y attendait, les LMP1 n’ont pas affolé les chronos. Par rapport aux qualifications des 6 Heures de Shanghai 2018, la Rebellion #1 et les Toyota ont respectivement perdues 2,9 et 3,9 secondes en 2019.
  • Les records du tour ont battus en LMP2 et LMGTE Am :

Nicolas Lapierre (Cool Racing) : 1:48.089

Matteo Cairoli (Dempsey-Proton) : 2:00.031

  • En course, les records ont été battus en LMGTE Pro et Am :

Kevin Estre (Porsche) : 2:00.948

Louis Prette (Proton Competition) : 2:01.920

  • Malgré sa pole position et un bon rythme affiché tout au long du week-end, Cool Racing n’a pu concrétiser à cause d’un problème électrique.
  • Le week-end de l’Alpine A470 a été compliqué. L’équipe a eu du mal à trouver le bon équilibre de la voiture et les pilotes ont été confrontés à un problème d’antipatinage en qualifications.
  • Gérard Neveu s’est montré dubitatif quant à la bonne tenue des 6 Heures de Sao Paulo, cinquième manche de la saison 2019/20. Il a averti les équipes et les organisateurs cherchent une solution de secours. Le Circuit des Amériques est évoqué par plusieurs sources.

    FIA WEC : le débrief des 4 Heures de Shanghai 2019

    © Joao Filipe / AdrenalMedia.com

  • Michelin avait mis à disposition de ses partenaires LMP1, LMP2 et GTE PRO des gommes HARD et MEDIUM. En GTE Am, où le règlement permet de changer de pneus à chaque relais, les équipes profitaient en revanche d’un choix oscillant entre des gommes MEDIUM et SOFT ainsi que HARD et MEDIUM, selon les constructeurs.