Fabien Lavergne (Luzich Racing) : "Tout s’est enchainé comme dans un rêve"

© Jakob Ebrey Photography

Course après course, Fabien Lavergne n’a cessé de s’illustrer, que ce soit en Michelin Le Mans Cup ou en European Le Mans Series. Le français dispute les deux disciplines au sein du Luzich Racing, au volant d’une Ferrari 488 GT3 et d’une 488 GTE.

Fabien Lavergne (Luzich Racing) : "Tout s’est enchainé comme dans un rêve"

© Jakob Ebrey Photography

Lors des 4 Heures de Spa-Francorchamps, cinquième manche de l’ELMS, Fabien Lavergne s’est imposé aux côtés de Nicklas Nielsen et d’Alessandro Pier Guidi. Une troisième victoire cette saison, synonyme du titre LMGTE 2019 !

« C’est incroyable ! » nous a confié Fabien à l’arrivée de la course. « Les opportunités qui se sont offertes à moi, se sont enchaînées. J’ai commencé par faire trois courses en LMP3 l’année dernière, avec CD Sport, lors desquelles j’ai montré ce que je savais faire. Suite à cela, j’ai obtenu un test avec Luzich Racing et AF Corse et j’ai ensuite été choisi, parmi les pilotes testés à cette occasion. Tout s’est enchaîné comme dans un rêve. Nous avons gagné au Castellet où j’ai pu faire la différence, nous sommes ensuite montés sur le podium à Monza, puis avons à nouveau gagné à Barcelone, une quatrième place à Silverstone et cette victoire ici à Spa. C’est une saison fantastique. »

En cinq courses, le trio de la Ferrari 488 GTE #51 est monté sur le podium à quatre reprises. Pourtant, ils ont dû composer avec un success ballast depuis Monza …

« Évidemment cela ne nous a pas aidé. Il faut savoir que la plupart du temps, nous avions entre 30 et 35 kilogrammes de plus, soit entre 5 et 6 dixièmes au tour sur une GTE. Ce n’est pas sans conséquence mais le travail d’équipe fut la clé. L’écurie, Luzich Racing, avec l’appui d’AF Corse, est exceptionnelle. La voiture a toujours été parfaite, les stratégies étaient toujours les bonnes et l’équipage était très solide. En tant que pilote bronze, je pense que j’étais rapide. Nicklas Nielsen est peut-être le plus rapide des pilotes Silver en GTE et Alessandro Pier Guidi, pilote d’usine, son palmarès parle pour lui ! »

Fabien Lavergne (Luzich Racing) : "Tout s’est enchainé comme dans un rêve"

© Ferrari

Comment se le passage de la GT3 à la GTE lors de chaque week-end ?

« Ce sont des voitures différentes et il faut adopter un pilotage différent. Ce n’est jamais évident de sauter d’une voiture à l’autre, avec des repères de freinage différents etc. Malgré tout, j’ai essayé de tout faire au mieux et nous sommes d’ailleurs toujours en lice pour le championnat. Je me suis fait percuter au premier virage, ce qui est vraiment dommage, c’est le moins qu’on puisse dire. »

Revenons sur votre carrière avant d’en arriver là…

« J’ai fait quinze ans de karting, dans les championnats régionaux et nationaux, avec peu de budget, juste ce que mon père pouvait me donner. Je suis ensuite passé en Legends Cars où j’ai gagné pas mal de courses et j’ai ensuite acheté une Formule Renault pour disputer le Championnat de France des Circuits, pendant trois ans, avec deux titres de vice-champion mais toujours avec peu de moyen, à dormir sur un matelas dans un camion le soir et cela ne remonte pas à si longtemps que cela ! »

Fabien Lavergne (Luzich Racing) : "Tout s’est enchainé comme dans un rêve"

© Ferrari

La saison 2019 n’est pas terminée puisqu’il reste encore une manche à disputer en ELMS et en MLMC et le titre de cette dernière est toujours à la portée de Fabien Lavergne et Mikkel Mac.

« L’idée de départ était de remporter les deux championnats pour décrocher les deux invitations au Mans. Malheureusement, en Michelin Le Mans Cup, nous n’avons plus trop notre destin entre nos mains suite à ce qu’il s’est passé samedi. Nous irons à Portimão pour gagner et nous verrons ce qu’il s’y passe. Pour la saison prochaine, je souhaite continuer avec Luzich Racing, peut-être en ELMS, et évidemment aller aux 24 Heures du Mans. Des tendances se dessinent mais rien n’est établi pour le moment. »

Courir aux 24 Heures du Mans, et pourquoi pas les gagner, serait un aboutissement ?

« Je suis tout le temps en train de faire évoluer cet aboutissement puisque je n’aurai jamais cru monter dans une GTE, c’est tout de même une voiture incroyable ! Gagner une course en ELMS était fantastique, s’imposer à deux reprises à Road To Le Mans devant le public était incroyable, maintenant je suis champion donc je ne mets plus de limite et j’espère vraiment disputer les 24 Heures du Mans ! »