Eric Van de Vyver a connu des hivers plus doux qu’à l’aube de la saison 2019 des V de V Endurance Series. Le lancement de l’Ultimate Cup Series, où les LMP3 formeront la catégorie reine, a suscité l’intérêt des équipes, constructeurs et séries qui évoluaient jusque-là dans la série éponyme d’Eric V de V.

Suite au départ de Michelin et d’APR, les V de V Endurance Series ont dû trouver un autre fournisseur pneumatiques. C’est Dunlop qui prendra la relève via Oreca qui se chargera de fournir, monter et d’équilibrer les gommes issues du LMP2

Quel est votre état d’esprit à tout juste deux mois du début de la saison, prévu à Barcelone ?

« Je suis prêt, le calendrier est prêt et c’est aux concurrents de prendre leur décision. » nous a déclaré Eric Van de Vyver. « Du côté des LMP3, les équipes hésitent encore entre l’Ultimate Cup et les V de V. Les concurrents connaissent la maison, nous savons organisés des courses donc je suis plutôt confiant. Oreca fournira les pneumatiques Dunlop et en assurera le montage ; Dunlop sait faire des pneus et on ne pas dire que c’est un mauvais choix. »

Combien de voitures espérez-vous pour lancer correctement votre saison ?

« Si j’arrive à avoir le même nombre de voitures que l’an passé, je serais content. Les équipes sont dans l’expectative et ne savent pas encore où aller. J’ai des beaux circuits, des beaux plateaux annexes, donc je suis dans l’attente. Cela fait 35 ans que je fais cela, 28 ans en mon nom et je peux dire que l’organisation ce n’est pas facile et il faut penser à tout. Aujourd’hui, mon état d’esprit est de continuer en espérant que les équipes viennent chez moi malgré la tentation Michelin en face. Je fais tout pour continuer. Si j’y arrive, tant mieux mais pourquoi je n’y arriverais pas. Si tout le monde va en Ultimate Cup, je ne comprendrais pas. »

Comment vivez-vous cette situation compliquée ?

« Cette histoire fait beaucoup de bruits. Je trouve que cette situation est dangereuse pour le sport automobile. Je forme des pilotes pour les 24 Heures du Mans depuis des années et il y a toujours eu une bonne ambiance. J’ai des soutiens et je me battrais jusqu’au bout. »

Quels plateaux, en plus du Challenge Endurance, seront présents l’année prochaine ?

« Nous aurons les VHC avec la même formule que l’an passé, les anciennes Formule Renault 2.0 mais aussi une nouveauté avec l’arrivée des Protos Revolution, aux côtés des prototypes CN ainsi que d’autres petits protos sur des courses de 3 heures. Nous aurons aussi le TCR à Barcelone, au Castellet, à Navarra et à Estoril, sans oublier les Caterham et un autre plateau avec qui les discussions sont en cours. Nous travaillons sur le Challenge Endurance afin que les courses soient plus équilibrées entre les LMP3, GTV et PFV. »

 

La cérémonie de remise des prix V de V Endurance Series s’est tenue vendredi soir, à Paris.