Les 24 Heures du Mans sont non seulement la plus grande et la plus belle course du monde, mais constituent également un véritable laboratoire depuis 1923. Un certain nombre d’innovations technologiques, à l’instar des phares anti-brouillard ou des freins à disque, ont été introduites dans la Sarthe avant d’être généralisées.

Afin de faire perdurer cette tradition, l’Automobile Club de l’Ouest a créé le Garage 56 en 2012, consistant à réserver le 56e stand aux voitures innovantes.

© Nissan NISMO

En 2014, la Nissan ZEOD RC (Zero Emission On Demand Racing Car – voiture de course zéro émission à la demande) est invitée à participer aux 24 Heures du Mans. L’équipe de conception de la Nissan ZEOD RC était dirigée par Ben Bowlby, qui avait précédemment participé au programme Nissan DeltaWing en 2012. Ce prototype aux lignes singulières, dépourvu de rétroviseurs, était propulsé par un moteur 1,5 litres, trois cylindres turbo de 400 chevaux pour 40 kilos ainsi que deux moteurs électriques de 110 kW.

La ZEOD RC a marqué les esprits grâce à quelques performances remarquables. Lors des qualifications, jeudi 12 juin 2014, Satoshi Motoyama a atteint les 300 km/h avant la première chicane Hunaudières uniquement grâce aux moteurs électriques.

En 2014, la Nissan ZEOD RC bouclait un tour du Circuit des 24 Heures du Mans en mode électrique

© Nissan NISMO

Lors du warm-up, samedi 14 juin 2014, Wolfgang Reip boucle les 13,629 kilomètres du Circuit de la Sarthe en mode purement électrique.

Grâce à un meilleur temps en 3:50.185, la Nissan ZEOD RC se qualifie au 27e rang du classement général, entre les LMP2 et LMGTE Pro.

Wolfgang Reip prit le départ de la course à bord de la ZEOD RC et accomplit cinq tours avant d’être stoppé à la 23minute, à cause d’un problème de boîte de vitesses. Ni Satoshi Motoyama ni Lucas Ordóñez n’ont eu l’opportunité de prendre le volant de la voiture en course.

En 2014, la Nissan ZEOD RC bouclait un tour du Circuit des 24 Heures du Mans en mode électrique

© Nissan NISMO

« Samedi matin, l’équipe a réalisé un travail remarquable pour parvenir à accomplir un tour en mode électrique. » se réjouissait Darren Cox, directeur général, marketing et des ventes chez NISMO. « Nous avons essayé une seule fois de le faire et nous avons tout de suite réussi.  C’est un accomplissement remarquable pour Nissan et pour les véhicules électriques. » 

« Nous étions confiants au départ de la course et nous avions déjà atteint la barre des 300 km/h dans la semaine. Nous avions l’objectif d’accomplir plus de tours en mode électrique, mais une pièce traditionnelle de la boîte de vitesses a cédé. C’est vraiment regrettable, car nous voulions mettre en valeur la technologie des véhicules électriques en course. »

« Cette expérience a été incroyable pour tous ceux qui étaient impliqués. J’espère que tous les participants à ce projet, qui ont passé tant d’heures à travailler, garderont le souvenir de ce tour accompli au Mans en mode électrique. »