ELMS : Jean-Eric Vergne et Gabriel Aubry chez IDEC Sport au Castellet

© JEP / ELMS

Pour pallier l’absence de Patrick Pilet et Ryan Dalziel au Castellet, IDEC Sport a fait appel à deux pilotes de pointe.

Retenu par les 24 Heures du Nürburgring les 5 et 6 juin, Patrick Pilet sera remplacé par Jean-Eric Vergne. Le vice-champion ELMS en 2018 et pilote Peugeot LMH pilotera l’Oreca 07 #28 aux côtés de Paul-Loup Chatin et Paul Lafargue.

« Très heureux de rouler à nouveau en endurance, la dernière fois c’était au Mans en 2020. Je suis très heureux de rouler pour IDEC SPORT, qui me laisse rentrer dans la famille. Si je peux aider à aller chercher un résultat, je ferai tout mon possible. Je suis d’ailleurs ravi de revenir en ELMS car il y a un gros niveau. J’ai regardé la dernière course et ça ne va pas être simple mais on fera le maximum pour ramener un résultat, » déclare Jean-Eric Vergne. « Je crois qu’on a un bon équipage. Je connais Paul-Loup depuis longtemps. Il est vraiment rapide. J’ai le souvenir de qualifications très accrochées contre lui en ELMS. Et je connais Paul depuis qu’on roule en ELMS. Il fait partie des meilleurs pilotes Silver de la grille, avec une grosse expérience qui peut faire la différence. C’est d’ailleurs souvent le Silver qui peut faire une différence en endurance. On essaiera de se voir tous les trois à Paris avant la course. C’est super d’avoir cette opportunité car tous les kilomètres comptent pour l’année prochaine, »

Sur la voiture sœur #17, Ryan Dalziel, retenu en GT World Challenge America, sera quant à lui remplacé par Gabriel Aubry, qui connaît bien l’équipe. Le jeune homme, qui avait fait une pige à Barcelone chez Panis Racing, épaulera Kyle Tilley et Dwight Merriman.

« Je suis content de retrouver IDEC SPORT et Nicolas Minassian avec qui j’ai travaillé en 2018. Je trouve ça sympa d’avoir été concurrent d’ERA Motorsport aux 24 Heures de Daytona et de venir rouler avec eux sur cette course. On se connait un peu car on a discuté dans le paddock. Je m’entends très bien avec Kyle. Je pense qu’on est clairement là pour la victoire en Pro/Am mais, que Ryan (Dalziel) ne s’inquiète pas, je lui rendrai la voiture dans le même état qu’elle est maintenant, » explique Gabriel Aubry. « Le Paul Ricard, c’est un tracé que je préfère en tests plutôt qu’en course car il y a peu de possibilités de dépassement. Mais la course de 2020 a été très animée donc on verra. Je retourne au sein d’IDEC SPORT avec pour envie première de faire du bon boulot. Il faudra que je m’adapte à la voiture car elle aura surement des réglages différents que celle de Tower Motorsport (en IMSA) ou de Panis Racing (P2 à Barcelone après avoir remplacé James Allen). L’avantage c’est que je connais déjà les pneus Goodyear. »