Des travaux d’envergure sont actuellement en cours sur le Circuit des 24 Heures du Mans, sous la maîtrise d’Ouvrage du Syndicat Mixte du Circuit des 24 Heures du Mans.

Ces travaux constituent la troisième et dernière phase de travaux d’amélioration du système d’assainissement pluvial et concernent le secteur des virages du S bleu. Ils comprennent notamment la construction d’un bassin de rétention, la réalisation de canalisations et les réfections des lieux.

  • DES TRAVAUX ORGANISÉS EN 3 PHASES :
  • Une première tranche en 2017 – 2018, pour laquelle les travaux se sont déroulés à l’ouest de la tribune Durand et du siège de l’ACO, jusqu’au coeur du circuit Bugatti à l’ouest du virage des S Bleus.
  • La seconde tranche, réalisée en 2018 – 2019, pour résoudre les désordres constatés lors d’orages violents, au niveau des virages du garage vert, qui se traduisaient par des résurgences, incompatibles avec la course, si elles devaient se produire pendant les épreuves.
  • Une dernière tranche programmée, actuellement en cours, qui comporte une restructuration du réseau à l’aval de la première tranche, à l’Est du S bleu et la construction d’un nouveau bassin de rétention au Nord du parking P7E (ancien P13A), le long de l’allée du Houx.

Pour réaliser ces travaux, le Syndicat Mixte du Circuit des 24 Heures s’est entouré d’un Maître d’oeuvre (SODEREF Développement – Théma Environnement), d’un Assistant Maîtrise d’Ouvrage (ARTELIA) et d’un Coordonnateur SPS (SPS Pierre).

Le marché a été attribué au groupement d’entreprises SOGEA Ouest TP – EUROVIA agence HRC, sises au Mans, pour un montant de près de 2M€ HT.

Des travaux en cours sur le Circuit des 24 Heures du Mans

  • ACTUELLEMENT EN COURS SUR LE CIRCUIT :
  • La réalisation d’un bassin de rétention de 5 800 m3, par l’intermédiaire de tuyaux de 3 mètres de diamètre, répartis en 5 rangées longues de 157 mètres environ. Chaque tuyau mesure 21 mètres de long. Il comporte deux pompes de relevage et un équipement de traitement d’une capacité de 213 l/s composé de deux décanteurs dépollueurs.
  • La réalisation de 65 ml de canalisations PVC de diamètre 200 à 400 et 600 m de canalisations en béton armé de diamètre 500 à 1200.
  • La réalisation de 20 regards de visite de différentes tailles.
  • Les réfections des lieux.
  • UN BASSIN DE RÉTENTION POUR FACILITER LA GESTION DES EAUX PLUVIALES

Le bassin intercepte 3 raccordements directs existants au ruisseau des épinettes, qui après travaux seront donc stockés, régulés et traités, jusqu’à une pluie d’occurrence décennale.

La particularité de ce chantier est d’une part qu’il se déroule dans la nappe phréatique, et d’autre part, qu’un risque pyrotechnique a été détecté. Un protocole spécifique a été mis en place dans le cadre du chantier, car la possibilité de découvrir lors des terrassements, des bombes non explosées, a été mis en évidence par une campagne de mesures magnétométriques sur le site.

Ainsi, un rabattement de nappe est organisé, par l’intermédiaire d’un réseau de pointe filtrante qui rejette l’eau pompée dans des bassins temporaires, équipés de décanteurs et de filtres à paille, afin que l’eau restituée au milieu naturel soit dépourvue de matières en suspension. Les équipements de traitement définitifs seront utilisés dès que possible (c’est-à-dire dès raccordement au réseau de rejet, en lieu et place des filtres à paille installés pour le démarrage du chantier). Ce rabattement temporaire a nécessité l’accord de la Direction départementale des Territoires. Le réseau de pointes filtrantes est situé à gauche et à droite du fond du bassin en cours de terrassement.

  •  DES TRAVAUX NÉCESSAIRES AU BON DÉROULEMENT DES ÉPREUVES ET AU RESPECT DES OBLIGATIONS RÉGLEMENTAIRES

Des dysfonctionnements avaient été constatés en terme de gestion des eaux pluviales sur le circuit des 24 Heures du Mans. En octobre 2011, une étude menée par la société IRIS CONSEIL, a formalisé les problèmes rencontrés, notamment grâce à l’inspection télévisée de 2800 ml de réseaux et des investigations sur le terrain. En juillet 2014, le Syndicat Mixte du Circuit des 24 Heures du Mans avait diligenté la société ARTELIA, qui a proposé différents scénarii de travaux permettant de résorber les dysfonctionnements. En plus de la problématique de fonctionnement général, ARTELIA a également pris en compte la nécessité de stocker temporairement les eaux pluviales sur site, avant de les rejeter dans les réseaux avals. Il s’agit de réguler le débit de fuite lors d’évènements pluvieux conséquents : l’eau tombée sur les surfaces imperméabilisées du circuit est captée, stockée dans des réservoirs dont l’exutoire, de faible calibre, permet d’ajuster l’écoulement à un débit moindre.

Il s’agit également de restituer au milieu naturel une eau de qualité : les matières en suspension sont piégées dans des décanteurs / dépollueurs avant d’être extraites et traitées en site agréé.

Conformément aux dispositions du Code de l’Environnement, un dossier de demande d’antériorité, comportant un état des lieux, répertoriant les dysfonctionnements constatés et proposant des pistes d’actions correctives, a été déposé auprès des services de la DDT, dépositaire de la police de l’eau, en juin 2016, puis complété en novembre 2016. Celui-ci a été validé par la DDT le 29 novembre 2016. Cette disposition constitue donc une feuille de route et permet de prendre en compte des aménagements réalisés avant l’entrée en vigueur de loi sur l’eau n°92-3 du 3 janvier 1992.

Par le Département de la Sarthe.