Rebellion et Oreca ont travaillé d’arrache-pied pour mettre sur pied un nouveau programme pour la catégorie reine de l’Endurance. Les Rebellion R13 sont bien nées mais l’Equivalence des Technologiques gérée par les instances dirigeantes ne leur a jamais permis de rivaliser avec les Toyota TS050 Hybrid. Nous avons fait le point avec Calim Bouhadra, CEO de REBELLION Corporation, quelques jours avant les 1000 Miles de Sebring.

Retour sur la naissance des nouvelles armes du Rebellion Racing …

« Avec Hugues de Chaunac et toute son équipe, nous avons fait un travail incroyable pour mettre une voiture prête et rapide sur circuit, » nous a confié Calim Bouhadra. « Il nous a fallu huit mois pour réaliser la conception, la réalisation et la mise au point ainsi que les premiers roulages. C’était un sacré challenge et dès les premiers tours de roues, la voiture était compétitive. »

Calim Bouhadra (Rebellion) : "Nous avons souffert d’une EdT peu favorable"

© AutoWebbb – Eric Fabre

Ne pas être en mesure de pouvoir se battre pour les victoires laisse un gout amer à l’écurie helvétique. Force est de constater que les derniers ajustements avant la course floridienne n’ont pas porté leur fruit, loin de là.

« Nous avons souffert d’une EdT qui était peu favorable pour nous. Depuis nos discussions avec l’ACO et le WEC pour avoir une compétition équitable, on pense que la situation l’est beaucoup plus mais ce n’est pas parfait. On aurait pu voir les effets bénéfiques des dernières modifications à Shanghai mais nous n’avions jamais testé la voiture sous la pluie. Nous faisions partie des discussions dès le Prologue pour alerter les instances du manque d’équité et de l’avantage considérable des Toyota. Quand Toyota fini Le Mans le coude sur la portière, c’était frustrant pour tout le monde. »

Mathias Beche ne sera plus en lice en Championnat du Monde d’Endurance de la FIA à Spa et au Mans. Le suisse est contraint de laisser sa place au volant de la R13 #3 à Nathanël Berthon, aux côtés de Thomas Laurent et Gustavo Menezes.

« Mathias est et a toujours été un très bon pilote. Nous avons eu l’opportunité de travailler avec Nathanaël Berthon et nous l’avons saisie. Malheureusement il a fallu faire un choix pour libérer une place. Nous avons vraiment voulu laisser une chance à Nathanaël pour qu’il fasse de belles choses avec nous. Mathias reste toujours dans nôtre effectif et nous allons certainement lui trouver d’autres occasions de travailler avec nous. »

Calim Bouhadra (Rebellion) : "Nous avons souffert d’une EdT peu favorable"

© Francois Flamand / DPPI

Comptez-vous poursuivre en FIA WEC la saison prochaine ?

« La volonté est toujours la même. L’ADN de l’endurance est en nous et les zèbres feront toujours en sorte d’être dans le safari de l’Endurance. Rebellion ne peut pas signer pour une nouvelle saison maintenant si nous n’avons le sentiment d’équité dans la course. On veut bien venir concourir mais il faut que le spectacle soit au rendez-vous. »

Regardez-vous de près la nouvelle catégorie reine qui verra le jour en 2020 ?

« Bien sûr. La philosophie est toujours la même. Cela reste compliqué car tout n’est pas très clair donc s’engager maintenant parait difficile, pas seulement pour Rebellion mais pour aussi beaucoup de constructeurs. Les budgets nécessaires à l’exploitation et au développement sont tellement importants que nous n’aurons pas d’autre choix que de nous associer avec un constructeur. Nous sommes un partenaire idéal pour eux puisque nous avons près de 12 ans d’expérience et un palmarès conséquent. Nous comptons sur l’ACO pour mettre en place un règlement favorisant les équipes privées comme la notre d’un point de vue budgétaire sans oublier les constructeurs afin de rendre possible ces partenariats. »

Rebellion Racing présentait son programme LMP1 à Genève l’an dernier, sur le même stand que celui de Zenvo. Cette année, les magnifiques bijoux Rebellion Timepieces étaient exposés à côté de la nouvelle TSR-S.

« Nous mettons nos pilotes à disposition pour aider Zenvo à tester leurs voitures et confirmer l’excellent travail de leurs équipes. La partie horlogère a également toute sa place puisque nous réalisons les moteurs et les boitiers de nos montres, nous travaillons le carbone, nous poussons les limites tout comme Zenvo. Le partenariat prend donc tout son sens. »

A l’issue des 1000 Miles de Sebring, Rebellion Racing concède 53 points au Toyota Gazoo Racing.