Le suspense est à son comble depuis plusieurs jours grâce au teasing effectué par Bugatti sur les réseaux sociaux. Très vite, les spéculations sont allées bon train avec certains qui voyaient la marque alsacienne faire son retour aux 24 Heures du Mans.

Bugatti a donc levé le voile sur sa nouvelle hypercar ce mercredi 18 octobre 2020. Pour l’heure, rien n’indique un retour de la firme qui compte dix participations et deux victoires dans la classique mancelle, en 1937 et 1939. Il n’a pas encore été décidé, si le Bolide Bugatti sera ou non produit en série.

Communiqué de presse : 

Allégée, brute, authentique. Avec le concept technologique du Bolide Bugatti, le constructeur français de voitures de luxe présente sa réponse à la question : « Que se passerait-il si Bugatti développait un véhicule radicalement léger autour de l’emblématique moteur W16 de 8,0 litres ? ». L’étude expérimentale du Bolide Bugatti est une hypersportive conçue pour les courses sur circuit – avec un moteur W16 inspiré des véhicules de série comme groupe motopropulseur et une carrosserie minimaliste pour un appui aérodynamique maximal. Ce dernier tient la promesse du niveau de performance ultime de Bugatti.

Bugatti dévoile le 'Bolide Bugatti', le retour au Mans reste un fantasme

Le Bolide Bugatti est aussi un concept de véhicule extrême, sans compromis, le plus rapide et le plus léger de la récente histoire de l’entreprise – avec une puissance massique inimaginable de 0,67 kg par cheval-vapeur. C’est la combinaison d’un moteur W16 de 1 850 PS (En cas d’utilisation de carburant de compétition à indice d’octane 110 ; puissance du moteur avec carburant à indice d’octane 98: 1 600 PS) et d’un poids de seulement 1 240 kilogrammes (poids sec théorique possible) qui permet cet exploit. Le Bolide Bugatti atteint presque les valeurs de la Formule 1, la vitesse de pointe se trouve nettement au-dessus de 500 km/h – sans que le véhicule ne perde sa maniabilité et son agilité maximales. Pour faire le tour du circuit du Mans, le Bolide prend 3 min 07 s 1 et pour la Nordschleife, 5 min 23 s 1 (valeurs simulées).

Une puissance de 1 850 PS pour 1 240 kilogrammes – un rapport poids/puissance de 0,67 kg/PS.

Pour atteindre un poids sec de 1 240 kilogrammes, tous les registres du faisable aujourd’hui et dans le futur ont été exploités, compte tenu des matériaux et des processus de fabrication utilisés.

Tous les éléments de vissage et de liaison du Bolide ont été totalement réalisés en titane. En de nombreux points ont été utilisés des composants fonctionnels creux à parois minces composés d’alliage de titane, tel qu’on l’utilise dans l’aéronautique et dans l’aérospatiale, fabriqués avec une imprimante 3D. Leurs parois extrêmement fines de moins de 0,5 millimètre sont néanmoins très robustes et ont une résistance à la traction de 1 250 N/mm2. Les composants hybrides, tels que les arbres secondaires de l’entraînement de 0,5 mètre de long, combinent des fibres synthétiques hautement résistantes et rigides à des raccords d’extrémité en titane imprimés 3D, et résistent à une température en fonctionnement continu allant jusqu’à 260 degrés Celsius. C’est ce qui réduit le poids dans notre exemple de près de la moitié à 1,5 kilogramme et augmente simultanément, par la réduction des masses rotatives, l’agilité du groupe moteur. De même, les forces agissant sur les ailes avant et arrière sont transmises par des éléments de titane ultralégers, mais très solides. Les éléments de l’avant ne pèsent que 600 grammes et ceux de l’arrière ont un poids étonnant de 325 grammes seulement.

Bugatti dévoile le 'Bolide Bugatti', le retour au Mans reste un fantasme

L’enveloppe extérieure aux formes changeantes du capot d’aspiration sur le toit est une nouveauté mondiale. Celle-ci permet une optimisation active du flux d’air : à vitesse réduite, la surface du capot reste plate, à vitesse élevée, des boursouflures apparaissent formant un bombement. Cela réduit la résistance à l’air du capot d’environ 10 pour cent, assure une portance inférieure de 17 pour cent et optimise en outre l’écoulement de l’air sur l’aile arrière. À 320 km/h, la déportance est de 1 800 kilogrammes sur l’aile arrière et de 800 kilogrammes sur l’aile avant.

Comme en Formule 1, le Bolide décélère avec un frein à tirage latéral avec disques et garnitures en céramique ; les étriers de frein ne pèsent que 2,4 kilogrammes chacun. Les roues forgées en magnésium avec verrouillage central pèsent à l’avant chacune 7,4 kilogrammes et à l’arrière, chacune 8,4 kilogrammes – et ce, avec une taille de pneus très large de 340 millimètres à l’avant et de 400 millimètres sur l’essieu arrière (Chiron : 285 mm à l’avant et 355 mm à l’arrière). Un dispositif de levage à air comprimé avec quatre tampons facilite le changement de roue, un système de ravitaillement rapide permet un ravitaillement en air comprimé.

Bugatti dévoile le 'Bolide Bugatti', le retour au Mans reste un fantasme

Un comportement de conduite précis est garanti entre autres par une cinématique à tige de culbuteur avec amortisseurs horizontaux. Les réservoirs d’huile dans les amortisseurs sont agencés à l’intérieur, ce qui améliore l’aérodynamisme. Les tiges de culbuteurs, ne pesant que 100 grammes, sont une construction légère en titane à paroi mince favorisant l’écoulement, et ont une charge de flambage de 3,5 tonnes, ce qui correspond à un poids sec d’environ deux Chiron. Les biellettes de suspension soudées en acier aéronautique présentent une résistance à la traction de 1 200 N/mm2 et sont également conçues en forme de profils d’ailes.