Brendon Hartley, Champion du monde d’Endurance 2015 et 2017, fait son retour dans la catégorie reine avec Toyota. Après la Porsche 919 Hybrid, le vainqueur des 24 Heures du Mans remplacera Fernando Alonso au volant de la Toyota TS050 Hybrid #8, aux côtés de Kazuki Nakajima et Sébastien Buemi.

« Avant le Prologue, je n’avais pas passé beaucoup de temps dans la voiture. J’ai fait trois tours au Mans et deux jours d’essais au circuit Paul Ricard. Tout le monde me demande quelles sont les différences avec mon ancienne voiture.  Il y a une quantité surprenante de différences étant donné la concurrence féroce que nous nous sommes livrés. Le système hybride est très différent, il y a donc beaucoup de choses auxquelles je dois m’habituer, mais j’ai d’excellents coéquipiers pour m’aider à me mettre à niveau le plus rapidement possible.  J’ai aussi l’expérience de la Formule 1 et mon temps passé avec Porsche de mon côté, et je vais mettre tout cela à profit. »

Le pilote néo-zélandais a entre temps évolué au plus haut niveau du sport automobile, en Formule 1. Il fut titulaire chez Toro Rosso en 2018 mais les 24 Heures du Mans lui ont laissé un sentiment qu’il n’a pas retrouvé lors de son aventure en F1.

« J’ai évidemment hâte d’être au Mans la saison prochaine. » souligne Brendon Hartley. « C’était dur de me contenter de regarder la course cette année, mais ça m’a été très utile d’être là avec Toyota, d’écouter la radio et de voir comment les gars de Toyota travaillaient les uns avec les autres. Cependant, c’était dur d’être observateur et de ne pas courir.  J’ai toujours rêvé d’être en Formule 1 et ce fut une expérience incroyable, mais je n’ai jamais eu le même sentiment que sur la grille de départ au Mans. C’est une course tellement spéciale, c’est évidemment la course qui se démarque sur le calendrier du WEC, et il y a quelque chose dans cette course dont je suis tombé amoureux. Je suis très heureux d’y retourner. »

 

La première épreuve du calendrier 2019/20 du FIA WEC a lieu ce dimanche 1er septembre.