Alonso, Buemi, Nakajima et Toyota remportent les 1000 Miles de Sebring sans contestation

© Clement Marin / DPPI

Sébastien Buemi, Fernando Alonso et Kazuki Nakjima se sont imposés au terme de huit heures de course lors des 1000 Miles de Sebring. Le constructeur japonais réalise le doublé même si cela ne rapporte plus de points.

Dire que la course des Toyota était un long fleuve tranquille serait faux surtout un tracé comme Sebring. Cependant, les prototype nippons n’ont eu aucune concurrence comme on pouvait malheureusement s’y attendre au vu des essais libres et des qualifications. Dès le premier des 268 tours de course, les Toyota ont creusé l’écart et avaient déjà près de 4 secondes d’avance. Avance qui s’est creusée au fil des tours, notamment dans le trafic.

Sébastien Buemi, auteur d’un très bon premier relais, a transmis le volant à Fernando Alonso. L’espagnol a maintenu le cap sans faillir au volant de la Toyota #8, suivi par la voiture sœur #7 qui s’était rapprochée à 3 secondes à la mi-course. Cette dernière a perdu du temps et probablement la victoire lorsque José Maria Lopez est entré en contact avec l’Aston Martin #90/TF Sport. L’argentin a dû repasser par les stands pour que Toyota procède à des réparations sur le côté gauche. Quatre minutes de perdues dans la manœuvre.

Impuissantes face aux Toyota, les LMP1 privées ont commis des erreurs qui n’ont fait qu’accroitre le retard sur le constructeur japonais. Après un problème mécanique à l’arrière, sous le capot moteur, au tout début de la course, la Rebellion R13 #1 est sortie de la piste quelques heures plus tard. Mathias Beche a réussi à ramener l’auto dans les stands mais l’abandon est annoncé par l’équipe.

Troisième après une belle passe d’armes avec la Rebellion #3, Egor Orudzhev sort de la piste juste avant la troisième heure, provoquant le premier Full Course Yellow. La première avait alors récupéré la troisième place avant de connaitre quelques ennuis elle aussi. C’est donc la BR1 #11/SMP Racing, partagée par Brendon Hartley, Vitaly Petrov et Mikhail Aleshin qui hérite de la troisième place et donc du podium, à tout de même 11 tours des vainqueurs.

© JoaoFilipe / AdrenalMedia.com

Partie depuis la troisième position sur la grille, l’Oreca 07 #37/Jackie Chan DC Racing a réalisé une course parfaite. David Heinemeier-Hansson, Will Steven et Jordan King ont rapidement pris les commandes et n’ont jamais lâché le leadership. Le trio s’impose en LMP2 alors que les trois hommes officiaient pour la première fois ensemble. Le podium est complété par l’Alpine A470 #36/Signatech Alpine Matmut ainsi que l’Oreca 07 #31/DragonSpeed.

Alonso, Buemi, Nakajima et Toyota remportent les 1000 Miles de Sebring sans contestation

La lutte a une fois de plus été âpre en LMGTE Pro et ce jusqu’à la présentation du drapeau à damier. Porsche a maitrisé les premières heures avant que Ford prenne l’avantage puis BMW. Finalement, Gianmaria Bruni et Richard Lietz sont venus à bout de l’épreuve en imposant la Porsche 911 RSR #91/Porsche GT Team avec seulement 6 dixièmes d’avance sur l’équipage de la BMW M8 GTE #81/BMW Team MTEK. Troisième place pour la Ford GT #67/Chip Ganassi Racing à plus de trois minutes des leaders.

Alonso, Buemi, Nakajima et Toyota remportent les 1000 Miles de Sebring sans contestation

Team Project 1 peut être fier du travail accompli ce week-end et cette semaine. Après s’être qualifiée deuxième, la Porsche 911 RSR #56 a pris la tête dès les premiers virages et a ensuite mené les deux premières heures avant d’être retardée par un accrochage. Giancarlo Fisichella, sur la Ferrari #54/Spirit of Race, et Jörg Bergmeister se sont touchés dans le virage 1. Ce dernier est parti en tête-à-queue tandis que l’italien a écopé d’un stop-&-go. La Porsche parvient à repartir et à revenir dans le quatuor de tête alors emmenée par la Porsche #77/Dempsey-Proton Racing.

Matt Campbell, Chistian Ried et Julien Andlaueur ont ensuite enchainé les bons relais leur permettant de s’imposer pour la deuxième fois consécutive après les 6 Heures de Shanghai.

Le plateau du FIA WEC va traverser l’Atlantique une dernière fois pour rejoindre l’Europe en vue des 6 Heures de Spa, septième étape de cette Super Saison 2018/19.

Vous en avez l’habitude, le classement peut encore évoluer au fil d’éventuelles pénalités infligées après la course. Retrouvez toutefois le classement de la course ICI.